quelle est la terminologie de la VAE ?
     
Index des mots-clés de la VAE (et VAP)

Définition de mots-outils indispensables pour interroger vos acquis
et rédiger votre livret (dossier) de validation

Les thématiques à étudier sont similaires quel que soit le type de diplôme visé (sciences, droit, technologie, finance, sciences humaines et sociales, santé, sport,…).
En cela la procédure est modélisable.

 
Accueil
Validation
Documentation
Accompagnement VAE
Twitter
   
Accompagnateur VAE - Accompagnement VAE - Acquis, Validation des acquis - Activité - Analyse de ses acquis - Aptitude -
Capacité - Certification - Classification des diplômes - Champ de compétences - Communication - Compétence - Comportement - Congé VAE - Connaissances,
savoirs - Contexte, circonstance - Contrôle - Convention collective - CQP, Certificat de Qualification Professionnelle - Critères, indicateurs, déterminants, facteurs, repères, paramètres -
Démarche qualité - Déontologie - Diagnostic -
Ecart - Efficacité - Efficience - Emploi - Enjeu - Esprit critique - Esprit d'analyse,
approche systémique - Esprit de synthèse - Etude, recherche, calcul - Evaluation, critère et indicateur d'évaluation, mesure, étalonnage - Expertise - Expérience, retour d'expérience - Explicitation -
Fonction - Gestion de Projet - Interaction,
corrélation - Jury de validation -
Marge,
portée, impact, limite, champ - Méthode - Métier - Mission -
Négociation - Niveaux de qualification - Norme - Organisation -
Performance,
indicateur de performance - Plan d'action, savoir Agir et Réagir, Planification, Réalisation - Poste - Pratique professionnelle, les bonnes pratiques - Priorité - Problématique - Processus (audit des processus), Procédure -
Qualité - Qualification -
Référentiel de compétences - Référentiel diplôme - Référentiel d'emploi - Référentiel d'évaluation - RNCP - Requis - Résultat,
solution -
Savoir-faire - Savoir faire comportemental - Sens,
donner du... - Stratégie, politique - Synthèse -
Tableau de bord,
matrice, outil - Tâche - Tactique - Test, expérimentation - Traitement d'un problème, schéma directeur -
Valeur
- Validation.

Validation des Acquis Professionnels VAP 85 - RAEP - Validation des études supérieures VES

 
   

Accompagnateur VAE : il est engagé à une obligation de moyens, mais pas de résultat. Il est d'abord un guide et un conseiller, mais pas un formateur. Il est "avec" le candidat, sans jamais le précéder. La relation est paritaire. L'accompagnateur apporte un savoir procédural qui favorise l'introspection professionnelle (passage à un mode de conscience réfléchie) du candidat. Il doit savoir cartographier les processus, les traduire en terme de compétence pratique, théorique, procédurale, relationnelle pour les relier au diplôme.
Il doit être neutre par rapport au jury de validation. Cependant, restez prudent. Il peut échanger avec le jury et chaque information que vous transmettez peut être utilisée à vos dépens.

Attention, il n'est pas demandé à l'accompagnateur d'être titulaire du diplôme visé par le candidat. Dans bien des cas, il intervient sur des dipômes ayant des mentions très différentes : technologie, sciences, santé, social, économie, etc.

Il aide le candidat à répondre à ces questions génériques fondamentales :
Qu'est-ce-que je ne perçois pas, n'analyse pas dans mes expériences vécues lors d'un passé plus ou moins lointain ? Comment relier ce vécu de référence au diplôme visé ?

La qualité de l'accompagnement dépend largement de l'habileté de l'accompagnateur à faire accoucher (maïeutique des processus et de la réflexion) le candidat de toutes les composantes (souvent masquées, car sous-jacentes) de ses compétences. C'est un travail de questionnement patient, lorsqu'il est réussi, aide le candidat à se représenter rétrospectivement son vécu de référence et à le rattacher à chaque attendu du diplôme visé.

En conséquence, le talent et la disponibilité de l'accompagnateur doit être préalablement testé par le candidat.


Le rapport élève professeur n'existe pas puisque le candidat est supposé déjà savoir.
Après l'étude de son CV, l'accompagnateur oriente le candidat vers le diplôme à viser, c'est-à-dire le plus en lien avec son parcours d'expérience, et ce, dans l'intérêt du candidat donc en toute indépendance par rapport aux organismes valideurs (Education Nationale, Universités, Ecoles, CNAM, Ministères divers, CCI, CMA,...). Cette étape est très importante.
Il explique les grandes étapes de la démarche VAE et des modalités d'évaluation des jurys.
Il renseigne à propos du contenu du diplôme visé et du niveau des attendus (le référentiel).
A partir de l'étude du parcours professionnel du candidat, il aide à sélectionner les situations de travail susceptibles de produire les attendus du diplôme.
Il crée et transmet au candidat des méthodes et des outils pour explorer et organiser lesdites situations (études de cas) puis à les traduire par écrit dans le dossier de validation. Il interroge, donne les repères nécessaires et les éléments de langage pour expliciter de façon structurée les descriptions et analyses.
Son questionnement approprié stimule en priorité la remémoration complète de l'action (revécu des processus). Ce travail achevé, il aide à repérer les éléments signifiants par rapport au diplôme. Il aide à exprimer les représentations et à chasser les risques d'incompréhension du jury.
Son questionnement approprié favorise ensuite l'analyse des activités exercées (revécu des actions mentales - contrôle de la logique). Il suscite et éprouve la réflexion des candidats (problématisation). Il encourage la prise de recul et la recherche du sens
Il aide à définir, à mettre des mots précis sur les processus mentaux mis en œuvre dans le but de convaincre le jury que le candidat maitrise les attendus du diplôme.
Il aide à décontextualiser les compétences pour extraire les composantes transférables (concepts sous-jacents) en d'autres circonstances et milieux (transférabilités des acquis).
Il conseille pour mettre adroitement en relation les expériences du postulant avec les connaissances purement théoriques et culturelles exigées dans le référentiel de la certification visée.
Il relit de façon critique le dossier de validation. C'est fondamental, à défaut l'accompagnement ne repère pas les failles cognitives et donc ne peut pas tenter de les pallier. Il signale les éventuelles lacunes, omissions, approximations, sur/sous-évaluations et maladresses. Il peut suggérer des sources documentaires susceptibles de compenser en partie les manques.
Il aide à préparer l'oral de validation (construction de l'argumentaire).
Disponible, il soutient le candidat et évite sa démobilisation, car de nombreux candidats abandonnent en chemin. Il vous aide à gérer le stress induit par l'important travail d'explicitation à fournir.

Son action à des limites. Il ne doit pas répondre à la place des candidats. Toute tentative de réponses à la place du postulant empêche ce dernier de regarder son parcours d'expérience. Les questions de l'accompagnateur ne font qu'engager le travail de description, puis d’analyse des pratiques professionnelles. Il pointe les imprécisions de langage. Il n'a en aucun cas un rôle d'enseignant, puisque le candidat est censé déjà savoir.

Si le candidat a des lacunes par rapport aux attentes du diplôme visé, l'accompagnateur ne peut pas inventer des situations de travail fictives susceptibles de combler les manques. Dans ce cas, le candidat doit s'orienter soit vers une formation, soit vers une autre VAE sur un diplôme plus en lien avec ses acquis. Vous comprenez l'importance de la bonne orientation initiale.

L'accompagnateur est souvent un professionnel exerçant dans le secteur d'activité accessible par le diplôme visé ou, un expert du diplôme ou simplement un expert de l'audit en VAE.
Il doit être accessible, disponible et très à l'écoute du langage.
Il anime les échanges, maitrise les techniques d'entretiens d'explicitation, sais exprimer une pensée claire, pousse à la réflexion et fournit aux candidats les moyens de rendre compréhensible et évaluable son parcours d'expérience. S'il n'a pas un rôle de formateur (la VAE n'est pas une formation), il reconnait les structures cognitives présentes dans toutes les actions humaines. Il aide à les verbaliser synthétiquement.

Comme le jury, l'accompagnateur ne peut pas connaitre à fond le domaine d'activité du candidat (comment cela se pourrait-il ? Tous les parcours d'expérience sont singuliers. Le jury est dans le même cas - Voir l'accompagnement des candidats experts), mais il doit savoir questionner finement pour aider le candidat à passer de ses expériences au diplôme, de l'implicite à l'explicite, du pré-réfléchi au réfléchi, à être pédagogue de son métier. C'est capital, car le flou engendre le doute dans l'esprit du jury. Lorsque le doute est trop important, il applique un principe de précaution en concluant que le candidat ne sait pas réellement.
Nos accompagnateurs ont au moins 9 ans d'expérience.

Illustration : un candidat vise un BTS d'assistant de manager. Il travaille dans un cabinet d'avocat spécialisé en droit fiscal. Il y a de fortes chances que les membres du jury ne connaissent pas grand-chose aux spécificités de ce secteur d'activité. C'est au candidat de savoir les exprimer pour rendre visibles les compétences mobilisées. Il les relie ensuite aux attentes du diplôme.
Le candidat est l'avocat de son parcours. L'accompagnateur l'aide à constituer sa plaidoirie et à mettre son dossier (où livret de validation) en état d'être correctement évalué.

Votre lecteur doit pouvoir vous suivre sans connaitre toutes les spécificités de votre emploi.

La mise en mot des pratiques professionnelles permet au candidat de se réapproprier ses compétences pour en faire état par écrit dans son dossier de validation et oralement face au jury de validation.



   

Accompagnement à la VAE :

L'accompagnement n'est pas à confondre avec une formation.
Depuis que nous exerçons, nous constatons que de très nombreux candidats ne comprennent pas la finalité de ce service et qu'ils sont très souvent déçus par le contenu. Lisez les pièges de l'accompagnement.

Il est important de définir cette prestation, car son contenu et sa qualité diffèrent très sensiblement selon les organismes.
Bien des candidats échouent à cause d'accompagnements superficiels. La durée de celui-ci et les labels dits "qualité" ne sont pas forcément des indicateurs suffisants pour évaluer sa pertinence. Le nombre important d'abandons en cours de prestation le révèle.
Attention aux mauvais conseils. Ne prenez aucun risque avec le jury. Mettez-vous à sa place, il a besoin d'établir une vérité. Aussi ne déléguez pas votre bon sens qui vous guide lors de la construction de votre dossier de preuves.

Donc dès le début de la démarche, votre sens critique, votre vigilance et vos capacités d'évaluation seront mobilisés. Les pièges sont nombreux. Les repérer ne seront pas les moindres marques de vos acquis d'expérience.

Nous conseillons de demander un contrat écrit explicitant le contenu détaillé de cette prestation. Si l'organisme accompagnateur ne sait pas expliciter les outils et méthodes de sa prestation comment pourrait-il vous aider à expliciter par écrit vos processus de travail et les relier au diplôme ?


Nous partons du principe que le candidat est correctement orienté, ce qui hélas n'est pas toujours le cas.

Lorsqu'un candidat est reconnu apte à valider les acquis de ses expériences sur la certification qu'il a préalablement sélectionnée selon des critères pertinents, l'organisme responsable du diplôme visé propose (impose parfois) son accompagnement.
Il est difficile d'évaluer le bien-fondé de cette prestation que le candidat règle souvent d'avance.

Cet appui normalement facultatif a pour buts :
de donner des conseils généraux et des précisions sur les attentes du jury (explicitation des attendus du diplôme visé, leurs limites),
de sélectionner les situations de travail à décrire et analyser, car susceptibles de produire les compétences et connaissances recensées par le diplôme visé,
de donner des outils de pensée pour être probant et exhaustif, et une méthode permettant d'organiser son travail à chaque étape de la démarche,
de conseiller pour créer une écriture guidant la compréhension de votre lecteur (le jury) et pallier toute ambiguïté.

1 - L'explicitation descriptive :
favoriser, grâce à un questionnement approprié, l'accès à la mémoire concrète, d'évocation et procédurale (savoir comment) du candidat en faisant référence à son vécu authentique,
aider le candidat à exprimer par écrit, puis oralement son parcours d'expérience (surtout les périodes et les actions clés). Offrir une méthode d'explicitation des compétences (transfert du faire au dire, passage de l'implicite à l'explicite et du pré-réfléchi au réfléchi - Extraire les informations importantes masquées par un langage inadéquat),
structurer les descriptions.

2 - L'explicitation analytique (passage du savoir-faire au savoir théorique sous-jacent, mise en pertinence) :
approfondir au moyen de questions précises pour révéler le sens (relier de façon logique : connaissance, savoir-faire et attitude professionnelle) et de la valeur,
vérifier les structures des raisonnements,
rapprocher les expériences signifiantes du parcours du candidat (c'est-à-dire indicatrices du niveau des compétences) avec le référentiel du diplôme visé (mise en cohérence) : repérer les écarts, tenter de les compenser, éliminer les informations subalternes.

3 - L'appui décisif :
relire de façon critique le dossier de validation (annoter, questionner, éventuellement corriger les écrits, conseiller, contrôler les interprétations),
préparer le passage devant le jury (appui dialectique).

En résumé, quels sont vos besoins essentiels ?
1 - Une bonne orientation. La mauvaise orientation est la principale cause d'échec. Attention, l'étape recevabilité n'est pas l'assurance de la pertinence optimale de l'orientation. Le choix est vaste, des milliers de diplômes sont accessibles.
2 - Comprendre que vous n'êtes pas un étudiant, mais un professionnel exerçant des responsabilités et qui peut-être, en sait davantage que les enseignants. Expliciter la portée desdites responsabilités est donc essentiel.
3 - Comprendre que l'employé est dans l'action, acteur. S'il devient candidat à la VAE, il est hors l'action, spectateur. Vous avez besoin d'un accompagnateur qui aide à passer du rôle d'acteur à celui de spectateur critique. Il est indispensable de le tester au préalable.
4 - Comprendre que 80% à 90% de votre réussite repose sur la précision et la pertinence de vos écrits. Les risques de ne pas se faire comprendre par un jury de validation sont importants. Faire et exprimer par écrit la construction et la réalisation du faire sont deux compétences différentes.

C'est le dossier de validation qui transmet le sens et vos méthodes pour le construire. Il traduit la netteté de vos schémas de pensée et l'intelligence avec laquelle vous interrogez vos pratiques, car il ne s'agit pas d'évoquer que les résultats obtenus, mais les processus qui ont permis de les atteindre.
Plus ce qui y est signifié est riche, clair et en cohérence avec le référentiel diplôme, plus la démonstration est probante. Votre réussite dépend largement de cette habileté à mettre le jury en situation d'évaluation.

Il ne suffit pas de constater que vos acquis correspondent au contenu du diplôme visé à la seule lecture d'un CV, il faut savoir les exprimer en détail pour les rendre visibles, intelligibles et évaluables, car chaque secteur d'activité, chaque entreprise a ces spécificités. Le jury est loin de les connaitre toutes, mais il perçoit l'effort du candidat pour être compréhensible (pédagogie de sa propre expérience) et convaincant.
Il ne s'agit pas non plus de savoir si ce que vous faites dans l'exercice de votre métier est bien ou pas. Votre employeur a déjà apprécié votre valeur professionnelle. La VAE n'est pas un examen. C'est un travail didactique et dialectique, l'art de décrire et d'analyser des réalités correspondant aux attendus d'un diplôme, pas d'une fiche de poste.

Si vos acquis ne sont pas en étroite relation (contenu et niveau) avec le diplôme visé, aucun accompagnement ne pourra combler cet écart. La VAE n'est pas une formation. Vous savez déjà, il faut le prouver. L'accompagnement aide à construire cette démonstration probante.
Nous espérons que notre site est concluant de ce point de vue.

L’accompagnement est un service payant pouvant être pris en charge.
- Avant de se déterminer sur l'opportunité d'un accompagnement, le candidat à la VAE doit impérativement se renseigner sur ce qu'il peut en attendre. Beaucoup d'organismes agréés ou non, réclament le paiement anticipé de ce service. Le candidat est ensuite enfermé dans une procédure dont il ne contrôle pas la qualité et au coût parfois sans commune mesure avec ce qu'il est en droit d'attendre.

N'ayez aucun présupposé. Enseigner à un profane et accompagner un professionnel (parfois d'un niveau supérieur aux enseignants) sont deux compétences différentes.
La VAE remet en cause, y compris les enseignants. Nous sommes bien placés pour le savoir, car nous en accompagnons de nombreux sur des masters pros 2 ou au-delà. Ils ont les mêmes difficultés que les autres candidats pour exprimer leurs compétences.

Evaluez le prestataire de ce service exactement comme vous le faites avec vos fournisseurs en situation normale de travail, car le niveau de coopération est très variable.
Comment ? Très simplement. Si la prestation est explicitée (par écrit), définie, justifiée, il y a de fortes présomptions que l'on saura vous aider à expliciter, définir et justifier. A défaut, nous vous conseillons vivement d'auditer l'accompagnateur avant d'arrêter votre décision. Est-il disponible ? Sait-il préciser sa pensée ? Sait-il m'informer, me conseiller avec précision ? Sait-il m'interroger ? Où est-il flou ? Relira-t-il attentivement mes écrits ? Est-il probant ? Bref, saurait-il valider ses propres acquis ?
A défaut, il est inutile d'investir dans une prestation qui n'apportera rien.

L'accompagnement est soit collectif, soit individuel.
- L'accompagnement collectif n'aborde souvent que les généralités. Autant lire notre site.
- L'accompagnement individuel se concentre sur les spécificités du parcours du candidat. Il est personnalisé et s'adapte au rythme de travail de la personne. Il vise l'explicitation et l'analyse complètes et précises de son parcours d'expérience afin de mettre en évidence toutes les compétences, connaissances et les valeurs singulières contenues. Il repère les omissions, les imprécisions, les sur ou sous-évaluations par rapport au diplôme. Il suggère des corrections.

Pour les personnes ne pouvant pas se déplacer ou non résidentes en France un accompagnement à distance, par téléphone ou assisté par ordinateur, est mis en place.
Il a selon nous davantage de valeur qu'un entretien en face à face. L'éloignement aide le candidat à "entendre ses propres dires" donc à mieux les interroger. Il diminue aussi considérablement les coûts.



     

VAE Guide Pratique a opté pour un accompagnement individuel, différencié, à distance et uniquement aux étapes clés de la démarche. Nos accompagnateurs sont neutres par rapport à l'organisme valideur.

Plus le niveau du diplôme est élevé, plus la maitrise de l'écrit est indispensable.
Aussi, nous concentrons nos efforts d'accompagnement sur la relecture critique des écrits, car 80% à 90% de la réussite du candidat dépend de leur pertinence par rapport au diplôme. Toujours dans l'intérêt des candidats, nos remarques sont toutes écrites : "les écrits restent, les paroles s'envolent".

Autrement dit, nous pensons que l'accompagnement doit d'abord être écrit et ensuite oral, non le contraire.

Les accompagnements téléphoniques (autant que nécessaire) suivent notre intervention écrite. Selon nous, c'est la méthode d'accompagnement la plus efficiente et la moins onéreuse pour les candidats. Il est préférable d'enregistrer l'accompagnateur pour ne perdre aucune information.

Selon cette logique, il est infiniment plus productif de consacrer 8 heures d'accompagnement à la relecture critique du dossier de validation que 16 heures d'entretiens oraux collectifs.
L'accompagnement oral en face à face n'offre aucune réelle valeur ajoutée, puisque la VAE s'ancre prioritairement dans le langage écrit. Nous faisons en sorte que vos mots ne soient pas des coquilles vides, mais qu'ils soient remplis de sens.
L'attention des candidats doit prioritairement se focaliser sur :
1 - l'emploi de la terminologie appropriée à l'expression du contenu et du niveau des compétences.
2 - La structuration des écrits et la verbalisation des relations entre les situations de travail et les attendus du diplôme visé.
Seul un travail sur l'écrit permet cette précision de langage qui place le jury en situation de juste évaluation.

Le candidat règle à la fin de nos prestations, après constat de la qualité du service que nous rendons. Il n'est pas enfermé dans une procédure rigide, de valeur incontrôlable et très inégale et pouvant occasionner des frais importants, à payer d'avance, parfois sans commune mesure avec des services légitimement attendus.

Contactez-nous à cette adresse courriel : contact@vaeguidepratique.fr
Notre travail s'organise pour que le candidat puisse contrôler à chaque étape, la qualité et les coûts induits par nos prestations.
Lisez nos modalités de fonctionnement et notre déontologie.

 
     

Acquis : tout ce que l’expérience humaine apporte à la personne comme enrichissement personnel. Ensemble des savoirs : connaissances théoriques (souvent les acquis de formation), pratiques et procédurales, savoir-faire et savoir comportementaux (souvent les acquis de l'expérience).
La validation des acquis (VAE et VAP) est une démonstration. Elle établit, documents officiels et travail d'explicitation et de réflexion à l'appui, que le contenu des expériences du candidat produit les connaissances théoriques, pratiques et procédurales référencées dans un diplôme.

Il est essentiel d'exprimer au jury vos efforts pour ne pas rester sur vos acquis.
Il existe principalement 6 moyens de les développer :
- par formation (diplômantes ou non). Les acquis de formation. Annexez vos attestations de formations et éventuellement une synthèse du contenu.
- Par autoformation. Annexez à votre dossier un inventaire de vos ouvrages de référence, revues et sites internet de référence. Vos thèmes de recherche et d'étude.
- Par échanges inter et pluridisciplinaires (conseils, imitation). Explicitez-les.
- En transmettant son savoir. L'enseignement permet de se réapproprier ses propres connaissances.
- Par rétro ingénierie (apprendre en décomposant l'existant pour l'analyser et en le reconstruisant), rétro documentation (étude des historiques), benchmark.
- Enfin, "en faisant" c'est le fondement même de la VAE ; en gérant les changements, en prenant des initiatives, en maitrisant le processus de décision.

     

Activité : famille de tâches élémentaires et complémentaires nécessaires à l’accomplissement d’une ou plusieurs fonctions. Ensemble des actions matérielles et des opérations mentales. Voir : Plan d'action et Processus.

Le candidat à la validation des acquis issus de ses expériences prendra soin de les expliciter en les catégorisant suivant cette arborescence.
Généralement, une activité illustre une unité d'enseignement du diplôme visé par le candidat.
Les compétences apparaissent mieux lorsque le candidat différencie tâches et activités.

     

Analyser ses expériences : consiste à d'abord décomposer selon l'exemple de cette arborescence vos expériences (schéma WBS), professionnelles ou autres, en éléments distinctifs (inventaire des activités et tâches) ensuite à interroger chacune des composantes pour dégager les informations satellites complémentaires qui donnent du sens, pointent les spécificités, problématisent, montrent les relations entre vos acquis et le diplôme visé (approche systémique).

Le niveau de cet auto-questionnement (analyse réflexive) est l'un des indicateurs qui révèle au jury le niveau de vos connaissances pratiques, théoriques, procédurales, relationnelles issues de vos expériences (soit, en allant du plus simple au plus élevé : autoquestionnement inexistant, prise de conscience, début d'analyse, formalisation, pilotage, optimisation, modélisation, production de connaissances).

Contrairement à une pensée encore trop répandue, la VAE n'est pas vraiment une formation. Aucun cours n'est dispensé, il n'y a aucune transmission de savoirs. La rédaction du dossier de validation n'est donc pas à confondre avec un cours magistral.

     

Aptitude : "Quantité de temps demandé par l'apprenant pour dominer un sujet" J B Carroll.
Disposition innée et acquise (capacité supposée), qui désigne le potentiel d’une personne par rapport à une tâche ou une activité. C'est une organisation émotionnelle, motivationnelle, perceptive et cognitive durable de croyances relatives à un ensemble de référents, qui prédisposent un individu à réagir positivement ou négativement aux objets ou référents. On parle :
- d'aptitudes physiques (aptitudes sensorielles ou psychomotrices comme la dextérité manuelle, la résistance physique),
- d'aptitudes intellectuelles (cognitive, intelligence abstraite, concrète, créative),
- d'aptitudes relationnelles (affectivité, autonomie, stabilité émotionnelle).

Questions :
Quelles sont les aptitudes singulières nécessaires pour concevoir et réaliser vos activités ? Vos aptitudes sont testées ? Quand ? Comment ? Comment repérez-vous les aptitudes ? De qui ?
- Concevez-vous des épreuves pour déterminer les aptitudes ?

     

Capacité : "Activité intellectuelle stabilisée et reproductible dans des champs divers de la connaissance" P. Meirieux.
C'est la manifestation des aptitudes développées, des précurseurs de connaissance.
Disposition ou faculté constatée permettant à une personne d’accomplir les activités et les tâches physiques, manuelles, intellectuelles, méthodologiques, artistiques, d'adaptation, d'initiatives... composantes d'une fonction.
C'est aussi le degré d’aisance (performance) démontré, naturel ou acquis par l’expérience, dans un champ d’activité. Les capacités sont relatives à la personne et aussi à l'Organisation : capacité financière, de production, logistique, collective...
Elles ne sont pas mesurables, mais un ensemble de capacités fonde une compétence qui, elle, se subdivise en composantes évaluables.
Les capacités s'énoncent généralement par des verbes, capacité à...

Illustration :
- capacité à être et à vivre en contact avec soi-même, autrui et l'environnement (attitude, personnalité) ;
- capacité à analyser, à critiquer et à évaluer sa propre expérience ;
- capacité à identifier et à mobiliser les ressources utiles à son développement personnel ;
- capacité à s'investir dans un projet professionnel, dans des relations avec les parties prenantes ;
- capacité à recevoir, ressentir et comprendre, avec intérêt et respect ce que les parties prenantes communiquent ;
- capacité à faire évoluer ses comportements en fonction de l’autre, des circonstances et du milieu ;
- capacité à clarifier ses objectifs, à donner du sens et de la valeur en milieu professionnel ;
- capacité à respecter des comportements éthiques en situation professionnelle.

Taxonomie de Halpern (voir esprit critique) :
- capacité à gérer sa mémoire, ses apprentissages, à focaliser son attention,
- capacité à produire un raisonnement déductif,
- capacité à analyser un argument,
- capacité à penser et à tester des hypothèses,
- capacité à supporter l'incertitude et à s'appuyer sur les probabilités,
- capacité à décider,
- capacité à résoudre des problèmes,
- capacité à créer.

Lors du parcours VAE, votre capacité à mettre à distance vos expériences pour les décrire et les interroger est mobilisée.

Questions :
Les acquis issus de vos expériences ont confirmé, développé quelles capacités ? La bonne réalisation de vos activités dépendent de quelles capacités individuelles ? Collectives ? De quelles capacités dépendez-vous ? Quelles capacités devez-vous repérer ? Qu'est-ce qui peut limiter, renforcer vos capacités ?

     

Certification : document qui authentifie les compétences et savoir-faire d’un individu par rapport à une norme prédéfinies : le référentiel.

     

Classification des diplômes (diplômes relevant de l'Education Nationale et d'autres ministères) : Consultez la base de données du RNCP. Attention, elle n'est pas complète.

La première étape de votre démarche consistera à repérer le diplôme à valider. Le candidat qui souhaite valider intégralement le diplôme visé grâce à ses acquis doit impérativement s'assurer que ses expériences correspondent au contenu et au niveau requis par le diplôme. C'est le critère de choix déterminant.
S'il y a trop de lacunes entre le diplôme et vos acquis, l'échec ou la validation partielle est certain. La mauvaise orientation est la principale cause d'insuccès (même si le candidat est déclaré recevable).
Une étude préalable des référentiels diplômes est donc indispensable. Ne laissez pas de place au hazard.

Le niveau VI correspond au diplôme national du brevet (DNB, non accessible par VAE)
Le niveau V correspond à un niveau BEP, CAP, BEPA, BAPAAT, DEAP, DEAS, DEAVS, DEAMP...
Le niveau IV correspond au niveau Bac Professionnel, Bac Technologique, Brevet Professionnel, Brevet de Technicien, BMA, BTM, Brevet de Technicien, Mention complémentaire, CAFAMP, CAFME, BTA, DETISF, DEDPAD, BEATEP...
Le niveau III correspond à un niveau bac + 2 : BTS, DUT, BEES, DEUG, BTSA, DEUST, DMA, DEEJE, DPPH, DECESF, DEES, DEETS, DEASS...
Le niveau II correspond à un niveau bac + 3 (Licence, licence pro, licence IUP) ou bac + 4 : Master 1, DEMF, CAFERUIS, DCG...
Le niveau I correspond à un niveau bac + 5 et au-delà : diplôme d'ingénieur, master professionnel 2, mastère spécialisé (bac+6), écoles de commerce et de management, DEIS, DSCG, CAFDES, DSTS, MBA,... Doctorat

Consultez la page "VAE, choix du diplôme à valider", pour obtenir des précisions. Plus de 14 000 diplômes sont accessibles par VAE.

VAE Guide Pratique vous oriente et vous aide à valider les acquis issus de vos expériences généralement sur des diplômes, titres ou certificats niveau bac+2 à bac+8. Adressez-nous des démandes précises à cette adresse.

     

Champ de compétences : Domaine d’actions délimité, à l’intérieur duquel s’exerce l'ensemble des capacités professionnelles où autres.
Lorsqu'il le pourra, le candidat à la VAE montrera au jury ses capacités à aborder un sujet sous plusieurs angles et à faire apparaitre des liens entre différents champs de compétences.
Définir des champs de compétence peut être complexe. Elle impose de réfléchir les limites et de les exprimer. Réussir cet exercice est un excellent indicateur de compétence dans le cadre de la VAE.

     

Communication : En plus de viser l'information complète du jury, la VAE est un exercice de communication écrite et orale. Vous transmettez un message. Soyez attentif à ce qu'il soit perçu avec le moins de marge d'erreur et le plus agréablement possible.
Vos capacités à faire comprendre et à exprimer au jury vos objets de communication prouve que vous savez maintenir une relation de qualité dans l'exercice de vos activités. En cela votre travail de validation est le miroir de vos pratiques.
Facilitez la lecture du jury par une mise en page impeccable.

Le candidat doit aussi soigner son style de communication.
- Ajoutez de l'existence, de la réalité, donnez la parole aux acteurs de votre vie professionnelle, multipliez les exemples vécus (commentez-les), intéressez le jury.
- Ajoutez de l'intérêt, adoptez un style vivant. Si vous vous ennuyez à écrire, il y a de fortes chances que le jury s'ennuie en vous lisant.
- Ajoutez du savoir, montrez vos capacités d'analyse fondées sur l'expérience, vos capacités à repérer les écarts et les problématiques, vos capacités d'apprentissage et vos capacités à considérer divers points de vue. Ajoutez du sens.
- Ajoutez de la distance, montrez votre recul critique et analytique.
- Ajoutez de l'autorité, de l'ordre, évoquez les normes, les règlementations.
- Ajoutez de l'impact, le poids et la valeur de vos 10, 20 ans d'expérience.
- Ajoutez des chiffres, explicitez vos performances (qualité / quantité) en donnant des chiffres, des statistiques, dès que possible.
- Ajoutez de la réussite, évoquez vos succès, vos formations réussies, vos capacités à résoudre des problèmes, à appréhender les changements. Analysez vos Insuccès.
- Ajoutez de la complexité, simplifier masque le niveau de vos acquis.
- Ajoutez du sérieux, montrez votre sens de la responsabilité, votre conscience des risques, des enjeux.
- Ajoutez de la précision, la finesse de vos descriptions, vos capacités à différencier.
- Ajoutez de la sincérité, rassemblez toutes les preuves possibles, la précision de vos écrits est aussi une preuve en soi.
- Ajoutez de l'attachement, votre amour du métier.
- Ajoutez de l'éthique, évoquez votre déontologie, votre confraternité, votre respect des parties prenantes.

Questions :
- Quelles compétences transversales sont révélées par vos capacités à communiquer ?
- Participez-vous au positionnement de votre organisation en terme de communication ? Définissez-vous votre lexique selon les contextes ? Le faites-vous évoluer ? Quelle réflexion menez-vous ? Explicitez et justifiez.
- Quels sont les différents temps du plan de communication ? Comment s'articulent-ils ?
- Vous devez assurez la communication entre qui et qui ? Par quels moyens ? Sur quels supports ? Comment facilitez-vous, simplifiez-vous la communication ? Quelle stratégie de communication respectez-vous ?
- Quelle cohérence définissez-vous entre le plan de communication et les objectifs ?

     

Compétences : Capacités à mettre en œuvre des connaissances, savoir-faire et comportements selon certains standards de performance, définis et évalués dans des conditions spécifiées. AFNOR Association française de normalisation.
Elles se décomposent en éléments évaluables appelés composantes.

Ensemble d'habiletés, de capacités, d'attitudes, de savoirs en action (savoirs opérationnels, procéduraux, sociaux, tours de main, coups d'œil, astuces, comportements, etc) et de connaissances théoriques (savoir comprendre et interpréter). Cet ensemble est mobilisé pour diagnostiquer, résoudre avec succès un problème, pour étudier, organiser et réaliser une tâche, une activité, un projet.
Se distinguent les compétences techniques et non techniques. L'autonomie, la prise de responsabilité et la communication sont les trois manifestations de base des compétences. Ce ne sont pas les seules.

La VAE impose aux candidats une réflexion sur la notion de compétence.
Faites le point sur vos compétences génériques individuelles.

Les compétences clés sont le cœur du métier d'une organisation. Elles donnent des avantages concurrentiels déterminants. (Voir Référentiel de Compétences). Il est important de distinguer clairement les compétences individuelles des compétences collectives résultant de la synergie et de la mise en cohérence des compétences individuelles des membres du groupe. AFNOR Association française de normalisation.
- Quelles sont les compétences clés de votre Organisation ? Situez-vous par rapport à ces compétences clés.

Dans le cadre de la VAE, la compétence ne peut être appréhendée qu'au travers de l'évocation écrite et orale des activités. Le savoir dire manifeste le savoir-faire. En cela la VAE est une performance tout à fait particulière, car une mise en situation réelle de travail pour les évaluer n'est organisée que pour certains titres professionnels seulement.
POUR TOUS LES METIERS, les compétences mobilisées lors de la rédaction du dossier de validation pour rechercher, décrire, illustrer, exprimer, problématiser et analyser son parcours d'expérience et le relier aux attentes du diplôme font office de révélateur et de démonstration probante.
La VAE est en soi une étude de cas, une gestion de projet. Si vous repérez les attentes du jury, vous prouvez vos capacités à réfléchir, comprendre, organiser et réaliser une étude de façon autonome.

Les compétences se rapportent autant à des situations professionnelles à décrire de façon explicite qu'à des qualités individuelles. L'on ne peut pas évaluer les secondes sans avoir une connaissance des premières.
Les compétences sont dynamiques. Elles s'inscrivent dans un processus de développement permanent. Le candidat à la VAE s'attachera donc à expliciter ses efforts pour progresser.

Questions :
Quelles sont vos compétences déjà reconnues par un titre, une certification ? Annexez les justificatifs. Dans quels autres domaines que le votre peuvent s'exercer vos compétences ?
Comment développez-vous vos compétences ? Comment partagez-vous vos compétences ?
Si vous étiez à la place du jury comment repèreriez-vous vos compétences ? Comment les évalueriez-vous ?

     

CQP, Certificat de Qualification Professionnelle : ce sont des certifications conçues par les branches professionnelles et délivrées par la Commission Paritaire Nationale pour l’Emploi (CPNE).
Le CQP valide des compétences très spécialisées d'un secteur d'activité.
Consultez la base de données du RNCP pour obtenir la liste des CQP accessibles par VAE.

     

Comportement : manière d’être et de se comporter en situation. On peut les apprécier sous l’angle de l'adaptabilité dans des situations multiples.
(savoir-faire comportemental).
Questions :
- Qu'est-ce que peut reflèter un comportement dans votre métier ? Qui et en quoi votre comportement influence ? Adaptez-vous votre comportement en fonction des circonstances ? Décrivez.
Dans votre métier, quels sont les comportements inacceptables ?

     

Congé VAE : Il autorise une absence de 24 h maximum d'un salarié pour bénéficier d’un accompagnement à la VAE et préparer son passage devant un jury. Le salarié continue de toucher son salaire pendant cette absence. Plus de détails ICI.

     

Connaissances - Savoirs : Ensemble des représentations, idées ou perceptions acquises dans le cadre de formations initiales et/ou professionnelles et/ou par l'expérience. AFNOR Association française de normalisation.
La compétence n'est donc pas la connaissance même si les savoirs sont susceptibles d’être activés dans toutes situations de travail.

Se distinguent :
- Les connaissances conceptuelles et langagières pour savoir comprendre : ce sont les concepts, les savoirs disciplinaires, théoriques - essentielles dans le cadre de la VAE - qui existent indépendamment du contexte professionnel, les connaissances encyclopédiques (connaissances des objets, des évènements, des êtres, de la culture...). Ses connaissances renvoient aux diplômes, à la maitrise des langues vivantes, aux habilitations et certifications officielles...
Le candidat à la VAE annexera les attestations de formation et éventuellement une synthèse du référentiel.
- Les connaissances procédurales et des habiletés nécessaires pour régler les actions : ce sont les méthodes, modes opératoires visant l'étude et la réalisation d'une action, la maîtrise des processus et procédures rattachées aux connaissances professionnelles.
Elles proviennent souvent de vos propres expérimentations, dans ce cas elles peuvent s'opposer aux connaissances générales, car elles sont proches de l'action (Opposition entre savoir et savoir-faire). Elles sont ordinairement automatisées, invisibles (implicites), car l'on n'est pas présent à soi pendant l'action. Elles peuvent soit avoir perdu leur justification théorique ou soit être construites au fur et à mesure du déroulement de l'action. Elles deviennent connaissances nées de l'expérience.
Elles ne sont pas verbalisables aisément, en particulier dans le dossier de validation. Les entretiens d'explicitation permettent de les faire émerger.
Elles peuvent aussi être normalisées.
- Les connaissances stratégiques et spécifiques à l'environnement professionnel (les savoirs pratiques) : le contexte du travail, savoirs sur les produits, les services, les processus internes (macros et micros), le marché, l'emploi des outils, les règles de gestion propre à l'entreprise, l'administration de l'Equipement, la culture d'entreprise, les codes et conventions propres au métier, les spécificités des parties prenantes.
Elles sont acquises soit par une démarche volontaire de formation, soit elles sont induites par l'action elle-même. Dans ce second cas, elles deviennent aussi des connaissances nées de l'expérience.
- La connaissance métacognitive : connaissance de sa propre cognition.

- La VAE privilégie comme source de connaissance, l'étude descriptive et analytique des expériences du candidat. Plus le niveau du diplôme visé est élevé, plus l'expression des contenus de sa conscience des phénomènes sera à exprimer (phénoménologie).

Questions :
- Quels sont les liens entre vos connaissances et vos savoir-faire ? Entre vos connaissances et l'attitude professionnelle appropriée ?
- Quelles informations collectez-vous pour connaitre ? Comment les exploitez-vous ?
- Comment actualisez-vous vos connaissances pratiques, théoriques et procédurales ? Comment les approfondissez-vous. Annexez le decriptif de votre parcours de formations professionnelles continues. Vous pouvez y adjoindre les référentiels.
- Comment suivez-vous l'avancée des connaissances dans votre branche d'activité ? Annexez vos sources documentaires.
- Transmettez-vous vos connaissances ? Comment ?

     

Contexte : Ensemble des circonstances liées à un fait ou à une situation. Il détermine le cadre organisateur des compétences.
On distingue le "macro-contexte" : le contexte théorique, socio-culturel, socio-économique, géographique, historique, technologique, psychologique, stratégique, règlementaire, conjoncturel, socio-politique, sanitaire, environnemental, démographique, etc. (analyse PESTEL).
Le "méso-contexte" : la branche d'activité, le métier, l'entreprise. Le contexte financier, budgétaire, commercial (concurrentiel), technologique, organisationnel, les relations institutionnelles, etc.
Et le "micro-contexte" : l'unité de travail, la zone de travail, l'équipe, le relationnel, implication personnelle, vos acquis d'expériences,...

Le candidat à la validation des acquis issus de ses expériences prendra soin de contextualiser (définition du cadre de référence - Analyse des causes situationnelles - Mise en cohérence entre les contextes et les plans d'étude et d'action) ses descriptions et explications.
Il rendra son environnement lisible et explicitera les variations de sens en fonction du contexte (sémiose).
Plus le niveau du diplôme visé est élevé, plus il explicitera au jury son intelligence des situations, c'est-à-dire qu'il sait intervenir de façon autonome dans des contextes complexes et diversifiés.

Cependant, la contextualisation a des limites, car il est souvent demandé au candidat de dégager des savoirs noyés, confondus, avec leur contexte. L'accompagnement doit l'aider à extraire compétences et connaissances cachées sous les circonstances.
Sans simplifier à l'excès, le candidat décontextualisera des acquis issus de ses expériences pour montrer comment il les réemploie dans d'autres situations de travail (utilisation adaptative des retours d'expériences).

Questions :
- Dans vos pratiques, qu'est-ce qui relève de l'étude des contextes et qu'est-ce qui ne relève pas de cette étude ?
- Quelles recherches en lien avec le contexte et l'environnement faites-vous ? Comment ? Pourquoi ? Quels acquis d'expérience résultent de votre étude des contextes ?
- Généralement, de quels facteurs contextuels influents tenez-vous compte ? Participez-vous à des audits d'influence environnementale (règlementation, social, politique, culturel, économie, technologie) ?
- Comment vous informez-vous à propos des évolutions de votre contexte professionnel ?
- Comment identifiez-vous les facteurs contextuels influents ? En quoi les circonstances influent sur votre organisation, les méthodes, les objectifs et priorités, vos performances, vos diagnostics, vos contrôles, les résultats ? Quelles étaient ces circonstances ? Comment tenez-vous compte des circonstances ? En quoi l'exercice de vos activités est indissociable du contexte ? En quoi et pour qui les circonstances sont favorables ? Défavorables ? Comment évaluez-vous l'impact des circonstances ?
Situer le contexte explique quoi ? Tenir compte du contexte permet quoi ?
Comment les évènements s'organisent-ils ? Montrez au jury votre intelligibilité des situations.
- Quel est l'intérêt général (court/moyen/long terme) ?

     

Convention collective : Chaque métier a ses propres obligations et contraintes. Les conventions collectives prennent en compte ces spécificités en adaptant les dispositions générales du Code du Travail. (autre lien : guide-du-travail.com)
Vous pouvez accéder à une convention collective en vigueur sur legifrance.fr
Nous conseillons au candidat à la validation des acquis issus de ses expériences de relire sa convention collective, surtout si l'une des unités d'enseignement du diplôme visé est en lien avec le management des ressources humaines.

     

Contrôle : test de conformité (révision, examen, essai, vérification, surveillance) par l'observation accompagné au besoin d'études et de mesures d'évaluation et de correction.
Ce qui rend compte de la réalité et de la conformité des actions conduites, leur effectivité.
Les pièces probantes annexées au dossier de validation du candidat permettent au jury de contrôler l'effectivité des situations de travail du candidat.

Distinguez les contrôles obligatoires (réglementairement) des autres. Le candidat à la validation des acquis issus de ses expériences prendra soin de donner du sens à ses contrôles, d'annexer ces outils de contrôle et de commenter les résultats.
Il énoncera sur quoi porte ses contrôles, les outils et les méthodes employées. Exemples, confirmer le respect des exigences contractualisées, des règlementations, des normes, des plans, des spécifications, des descriptifs d’éléments des cahiers des charges, des référentiels de procédures techniques, des manuels d'utilisation...

Questions :
- Quels acquis d'expérience résultent de vos contrôles ?
- Quelle est l'autorité de contrôle ?
- Définissez-vous une stratégie de contrôle ? Quels sont les facteurs pris en compte ? Explicitez.
- Définissez-vous les éléments de preuve ? Comment les collectez-vous ?
- Qu'est-ce qui motive les contrôles ? Quelles sont les finalités ? Qu'est-ce qu'ils permettent de conserver, de vérifier ? Quelles études menez-vous pour définir vos outils de contrôle ?
- Quels sont les différents temps du plan de contrôle ?
- Comment délimitez-vous le champ de contrôle ?
- Quelles sont les marges d'erreur acceptables ?
- Quelles méthodes, procédures de contrôle employez-vous ? Utilisez-vous un référentiel de contrôle ? Quelles sont les différentes étapes des contrôles ? Comment s'exprime les résultats des contrôles ? Quelles sont les valeurs de référence ?
- Comment améliorez-vous la visibilité ?
- Comment avez-vous mis en place vos outils et méthodes de contrôle ?
- Quelles sont les cohérences entre les processus de contrôle ? Entre les risques et les contrôles ?
- Les contrôles obéissent à quels objectifs opérationnels ? Ils ont quels objets ? Qu'est-ce que les contrôles vérifient, détectent, garantissent ? Quels sont les contrôles obligatoires ? Expliquez.
Quelles sont les différentes phases des procédures de contrôle ? Quels outils utilisez-vous ? Conservez-vous les traces des contrôles ?
Quelles sont les zones à risque à particulièrement surveiller ? De quoi devez-vous prioritairement vous assurer ? Expliquez. Qu'est-ce qui peut échapper aux contrôles ? Annexez vos outils de contrôle, justifiez les indicateurs retenus. Comment validez-vous les contrôles ?
- Diligentez-vous les contrôles ? Quand et comment ? Les validez-vous ? Expliquez. Avez-vous déjà été confronté à des audits internes ? Externes ?
- Quel est votre rôle lors d'un contrôle d'URSSAF, fiscal, de l'inspection du travail ?
- A partir des résultats de contrôles, qu'expliquez-vous ? Qu'interprétez-vous ?
- Contrôlez-vous l'exactitude des informations, argumentations ? Quand est-ce indispensable ?
- En quoi les processus de contrôle sont-ils des aides à la décision ?
- Quels sont les changements, les connaissances, engendrés par les contrôles ? Exemple.
- Avez-vous déjà innové en matière d'audit interne ? Explicitez. Reliez avec l'ISO 9001.

     

Critères, vos déterminants : désignent ce par rapport à quoi construire une évaluation. La cible, le résultat à atteindre sont pris comme référence (le référent). Les critères permettent d’identifier, de mesurer des effets (critère de productivité, de compétivité, de conformité, de notoriété, d'exigence, de comportement, …) par rapport à des normes requises, une définition préétablie. Ce sont des paramètres de décision qui circonscrivent les objectifs.
Exemples de critères qualité : la fiabilité, l'exactitude, la crédibilité, l'efficacité, l'efficience, la sécurité, l'ergonomie, la compatibilité, l'interopérabilité, la modularité, la testabilité, la corrigibilité, l'adaptabilité, la complémentarité, la reproductibilité, la transférabilité, la perfectibilité, la maintenabilité, l'impact...

Vous avez sélectionné le diplôme à valider en fonction de quels critères ?
- Si vous souhaitez valider intégralement le diplôme visé grâce à vos acquis d'expérience, le principal critère est la concordance entre vos acquis et les attendus du diplôme. Cette concordance est mesurée par un taux. Il doit être d'au moins 80 %. Vous ne visez donc pas UN diplôme, mais CE diplôme sélectionné parmi plus de 10 000.
- Si vous souhaitez valider une partie du diplôme par VAE et le reste par formation, d'autres critères sont possibles : notoriété de l'école, lieu, coût, cohérence avec votre projet,...
Si vous cherchez un conseil en orientation, contactez-nous à cette adresse : contact@vaeguidepratique.fr et adressez-nous un CV détaillé pour guider nos recherches.


Les critères d'évaluation sont des éléments d’information, prédéfinis dans un système d’évaluation. Ils repérent les valeurs à estimer et les mesurent. Ils vérifient que les activités sont bien réalisées, que les résultats sont conformes. On distingue donc des critères de réalisation et des critères de réussite.

Pour fonder sa délibération, le jury définit les critères qui caractérisent les attentes du diplôme et les acquis de vos expériences.


Indicateurs, repères, alertes : Information choisie, associée à un phénomène, destinée à en observer périodiquement les évolutions au regard d’objectifs périodiquement définis ”. (Les taux de..., indice de... par exemple). ISO 8402 et 9000. Voir tableau de bord.
Ils désignent ce à partir de quoi porter une appréciation (le référé). Ce sont des points de repère concrets, objectifs, qui permettent de révéler, constater, d'enregistrer, de suivre les évolutions, déduire les tendances, de surveiller, de renseigner, de décider. Ils sont en étroite relation avec les objectifs prédéfinis, les performances visées, un référentiel. Ils présupposent l’existence de problématiques qu’ils contribuent à éclairer. Les indicateurs doivent être fiables, pertinents, spécifiques ou exhaustifs, quantifiables, objectifs, précis, reproductibles (indicateurs financiers, qualité, de sécurité, d'environnement, d'activité, de processus, de résultats).
- Les indicateurs structurels permanents sont déterminés par les objectifs stratégiques et fonctionnels eux-mêmes reliés au contexte général et aux problématiques de l'entreprise.
- Les indicateurs conjoncturels sont associés à un projet, un plan de changement, à la gestion d'un problème.

Le candidat à la VAE s'attachera à communiquer au jury des indicateurs de compétences pertinents liés aux attendus du diplôme visé (une taxonomie d'indicateurs). Il les justifiera, les commentera, indiquera comment il les exploite.

Les indicateurs d'évaluation (échelles, niveaux, indices, taux, valeurs d'un paramètre pertinent) permettent de chiffrer, qualifier les critères d'évaluation de façon objective. Ils se composent d'indicateurs classés par nature (indicateurs physique, économique , humain, de suivi, d'environnement, d'actions ou d'efficience, de moyens ou de productivité, de qualité, de résultat ou d'efficacité,...) et par mesures de valeur. Ils sont en lien cohérent avec les objectifs. Ces indicateurs peuvent être définis dans votre dossier. Types de résultat obtenu : échelle de 1 à 20 - excellent, bon, passable, insuffisant, mauvais - fiable ou non fiable, est ou n'est pas, go ou no go, maîtrisé ou pas maîtrisé, accroitre ou diminuer, acquis ou pas acquis, concordance ou discordance, niveau de qualité... Voir évaluation.

Pour fonder sa délibération, le jury mesure les niveaux de relation entre les acquis et les attendus du diplôme. Ils peuvent se définir ainsi (du plus faible au plus élevé) : relation inexistante, prise de conscience, début d'analyse, formalisation, pilotage, optimisation, modélisation, production de connaissances.
Bien entendu, plus les relations sont étroites avec les attendus du diplôme plus la réussite est acquise.


Paramètres de règlage, désignent les éléments de base nécessaires :
- à description d'un objet, d'un phénomène,
- à la mesure de l'objet d'étude,
- au suivi de l'avancement des mesures prises.
La variation de ces éléments entraîne des changements conformes à des attentes prédéfinies, ce qui influe sur la prise de décision. Leur valeur ou leur nom sont précisés. Ils visent à définir des données stables et standardisés.
Illustration : les paramètres de rentabilité d'un produit sont le prix d'achat, le prix de vente, les quantités vendues, le stock moyen, le délai de paiement, le linéaire développé. En modifiant un ou plusieurs de ces paramètres on améliore la rentabilité.
- Quelles fourchettes de valeurs attribuez-vous aux paramètres clés ?
- Quels sont les liens logiques entre critères et paramètres ?

Questions :
- Quels acquis d'expérience sont révélées par vos capacités à fixer des critères ?
- De quelle nature sont vos indicateurs ? Quels sont vos critères de choix pour... ?
- Comment identifiez-vous, sélectionnez-vous vos critères et indicateurs qualité, de décision, de pilotage, de contrôle, d'évaluation, de correction,... ? Quels sont vos critères d'appréciation ? Quelles sont leurs raisons d'être (objectifs) ? Quels sont leur rôle ? Quels sont les champs mesurés ? En quoi sont-ils cohérents et pertinents ? Comment les pondérez-vous ? Les formulez-vous mathématiquement (taux, ratios, dénombrement, cotation,...) ? Comment les calculez-vous ? Comment analysez-vous vos ratios ?
- Vos critères font-ils l'objet de tests d'évaluation avant adoption ? Lesquels ?
- Quelles catégories de paramètres renseignez-vous ? Quels paramètres de règlage effectuez-vous ? Comment faites-vous interagir les paramètres de règlage entre eux ?
- Quelle est l'influence de la stratégie sur le choix des indicateurs ? Problématisez. Quels sont les indicateurs fondamentaux de votre profession ? Quels sont vos indicateurs stratégiques, de gestion financière et non-financière, de contrôle des opérations, d'alerte ? Quels sont les indicateurs qui vous permettent d'anticiper (quoi ?), ceux qui vous permettent de choisir, de réagir (à quoi ?) ? Quels sont les indicateurs de performance des processus ?
- Qui définit les critères ? Les indicateurs ? Comment les renseignez-vous ? Comment contrôlez-vous le respect des critères ? Comment les pondérez-vous ? Comment les représentez-vous ?
- Quels sont vos points de repère ? Vos références ? Vos seuils d'alerte ? Ils permettent d'identifier quelles vulnérabilités et opportunités ?
- Comment savez-vous que les critères et indicateurs retenus sont exhaustifs ? Objectifs ? Pertinents ? Quantifiables ?
- Définissez-vous le champ d'applicabilité de vos indicateurs ? Quel est-il ?
- Comment identifiez-vous les facteurs déterminants et influents ? Quels sont-ils ? Comment les analysez-vous ? Les mesurez-vous ?
- Quels sont vos critères de segmentation ? Comment hiérarchisez-vous les critères et indicateurs ?
- Les indicateurs (de suivi et d'évaluation) sont reliés à quels objectifs ? Quels points critiques ? Quels besoins ? Ont-ils une durée ? Comment les reliez-vous au contexte ? Qui les utilise ?
- Comment vous assurez-vous que vos indicateurs sont fiables et incontestables ? Définissez-vous les méthodes de recueil de données et de calcul ? Quand les mettez-vous à jour ? Comment et à quoi les comparez-vous ? Comment les reliez-vous ensemble ? Comment les actualisez-vous ? Comment les représentez-vous ? Auprès de qui les diffusez-vous ?
- Comment savez-vous que vos indicateurs désignent une réalité et non pas une abstraction ? Déterminez-vous la faisabilité des indicateurs ?
- Quelles sont les évidences déduites à partir des indicateurs ? Quelle est la sensibilité de vos indicateurs ?
- Quelles sont les interdépendances entre indicateurs (indicateur composite) ?
- Quels sont les critères en contradiction ? Comment arbitrez-vous ?
- Les indicateurs permettent de prendre quelles décisions ?



     

Déontologie : Ensemble de règles professionnelles définissant les devoirs à tenir pour les membres d'une profession. Approfondissez ICI sur le thème de l'éthique dans l'exercice de vos activités.
Téléchargez cet outil permettant d'expliciter au jury les actions mises en place pour respecter les règles éthiques.

Consultez notre déontologie.


Questions : Sur quels principes reposent la déontologie ? Comment contrôlez-vous le respect des règles déontologiques ? Quels sont les manquements graves à la déontologie ? Annexez votre charte déontologique.
Quelle réflexion éthique menez-vous ?

     

Démarche qualité : La démarche qualité est une démarche globale qui ne se limite pas à la conception/réalisation d'un produit ou service. La démarche vise à améliorer, d'une façon continue, la qualité de tous les aspects des processus de création, fabrication, distribution. Elle inclue le management de l’Organisation en vue de satisfaire le client (droits des usagers), les actionnaires, le personnel, les institutions d'Etat, l'environnement.
Approfondissez ICI.
La démarche VAE s'apparente à une démarche qualité. Vous dites explicitement au jury que vos expériences sont sources de savoirs, d'amélioration continue, d'adaptation continue et donc que vous progressez.

     

Diagnostic, Diagnostiquer : Art d'identifier une maladie, un dysfonctionnement, une insuffisance d'après ses signes, ses symptômes.
Une étude diagnostique sur un ou des secteurs clés d'une organisation, permet d'apprécier ses points forts et faibles, d'évaluer ses perspectives, de faire des plans d'adaptation à long terme.
Pour révéler ses compétences cognitives, le candidat à la validation des acquis issus de ses expériences prendra soin de rendre visibles ses capacités à diagnostiquer (Méthodologie du diagnostic) en appuyant ses démonstrations par des exemples concrets.
Il reliera le diagnostic à la gestion de projet et à l'accompagnement au changement.

Questions :
- Quels acquis d'expérience résultent de vos capacités à diagnostiquer ?

- Quels sont les différents temps du diagnostic ?
- Le diagnostic (interne ou externe) est établi après quel état des lieux ? Auprès et avec qui ? Quels sont les liens logiques avec les enjeux ?
- Rapprochez-vous les diagnostics interne et externe ? Explicitez et reliez à la stratégie.
- Quelles sont les visées diagnostiques ? Expliquez. Quelles sont vos méthodes, procédures diagnostiques ? Quelle est votre approche ? Vos axes d'analyse ? Décrivez-les et expliquez-les. Quels sont vos critères diagnostiques ? Expliquez-les. Quels sont les signes diagnostiques ? Vos marqueurs diagnostiques ? Décrivez-les. Quels sont vos tests, examens diagnostiques ? Expliquez-les. Quels sont vos techniques diagnostiques ? Expliquez-les. Quels sont vos outils diagnostics ? Décrivez-les.
- Comment passez-vous des éléments symptomatiques au diagnostic ?
Quelles sont les phases du diagnostic ?
Quelles sont les difficultés à diagnostiquer ? Expliquez. Comment vous asssurez-vous que vous ne sur/sous-diagnostiquez pas ? Qui valide le diagnostic ?
- Quels sont les principaux pièges diagnostiques ?
- Comment passez-vous du diagnostic aux prescriptions ?
- Quelles sont les cohérences entre diagnostic et remède ?

     

Ecart : Action de s'écarter de la définition, des objectifs, des résultats, d'une mission, activité, tâche. L'écart concerne aussi une perception, comme l'écart entre les perceptions du clients et le biens et services réellement délivrés.
Variation d'une donnée (quantité, qualité, cout, rendement...) par rapport aux plans prédéfinis.
Le candidat à la validation des acquis issus de ses expériences prendra soin de mesurer et discuter les écarts repérés dans l'exercice de ses activités, de les relier aux problématiques et aux résultats.
- Quels sont les écarts entre vos acquis et votre cible c'est-à-dire le diplôme visé ? Quels sont vos constats ? Que décidez-vous ?

Questions :
- Quels sont les écarts les plus fréquents ? Quels sont les écarts constatés entre des standards "métier" (quels sont-ils ?) et la réalité ? Expliquez-les et reliez-les aux contrôles et aux problématiques.
- Définissez-vous le mode opératoire des mesures d'écart ? Explicitez et justifiez.
- Mesurez-vous le degré d'éloignement par rapport à la normalité ? Quelle normalité ? Définissez-vous le plan d'action pour revenir à la normale ?
- Quels sont les écarts maximum tolérés à propos des délais, des dépenses, de la qualité ? Les définissez-vous ? Comment les déterminez-vous ? Illustrez.
- Quelles sont les influences de ces écarts sur les objectifs ? L'organisation ? Les résultats ? Quels sont les indicateurs, critères retenus pour identifier les écarts ? Qui les définit ? Quels sont vos études, tests et outils permettant de faire apparaitre et de mesurer les écarts ?
- Quelles sont les mesures prises pour réduire les écarts ?

     

Efficacité : Niveau de réalisation des activités planifiées et d'obtention des résultats escomptés. AFNOR Association française de normalisation.
Questions :
- Quels sont vos critères de mesure de l'efficacité ? Quelles sont vos références (benchmark) ? Comment s'exprime l'efficacité dans votre secteur d'activité ? Expliquez.
- En quoi la stratégie, la politique, sont-ils efficace ?
- Quels sont vos ratios, vos outils de mesure d'efficacité ? Comment la démontrez-vous ?
- Quels sont les facteurs qui nuisent à l'efficacité ? Comment améliorez-vous l'efficacité ?

     

Efficience : Capacité d'un outil, d'une organisation, d'une technique, d'une personne à fournir le meilleur rendement. Capacité à éviter les excès. Rapport entre l'efficacité des actions et les ressources mobilisées pour les réaliser (fonctionnement/productivité/rendement).
Questions :
- Quels sont vos critères de mesure de l'efficience ? En quoi sont-ils cohérents ? Quelles sont vos références (benchmark) ? Comment s'exprime l'efficience dans votre secteur d'activité ? Expliquez.
- Menez-vous des études coûts efficacité ?
- Quels sont vos ratios, vos outils de mesure d'efficience ? Commentez.
- Appliquez-vous la méthode des surplus de productivité globale pour analyser les performances ? Explicitez.
- Comment savez-vous que vos diagnostics sont efficients ? Que vos remèdes, solutions, procédés sont efficaces et rentables ?

     

Emploi : place occupée dans une organisation correspondant à une ou des missions composées de familles d'activités elles-mêmes constituées de familles de tâches et à des objectifs.
Ensemble de situations concrètes de travail pouvant porter des dénominations variables selon les organisations.

     

Enjeu : Ce que peuvent gagner ou perdre les parties prenantes. Les enjeux stratégiques, d'un projet, d'un partenariat, de communication...
Le candidat à la validation des acquis issus de ses expériences prendra soin d'énoncer les enjeux au niveau de son Organisation. Il exprimera aussi les enjeux repérés dans l'exercice de ses activités. Il les reliera aux objectifs et aux risques prédéfinis. Il pourra les discuter.

Les enjeux du dossier de validation sont d'exprimer par écrit les compétences et connaissances implicites contenues dans vos responsabilités et actes, puis de les relier à chaque attendu du diplôme. A défaut, le jury n'est pas en mesure de valider les acquis.

Questions :
- Quels acquis d'expérience résultent de votre étude des enjeux ?
- Que peut-on obtenir ? Que peut-on perdre ? Qui définit les enjeux ? Pour quels secteurs d'activité ?
- Comment identifiez-vous le devenir à maitriser à court, moyen, long terme ?
- Comment identifiez-vous les enjeux de chaque partie prenante d'un projet ?
- Quels sont les enjeux les plus importants au niveau de l'entreprise ? Dans vos activités ? Expliquez-les et reliez-les entre eux, puis aux risques pris, à prendre. Comment limitez-vous ces risques ?
- Quelle réflexion sur les enjeux menez-vous ? Quels sont les liens logiques entre enjeux et diagnostic ? Entre enjeux et stratégie ? Entre enjeux et objectifs ? Entre enjeux et plans d'action et moyens à mobiliser ? Entre enjeux et risques ?

     

Esprit critique : "Utilisation d'habileté cognitives ou de stratégies qui accroissent la probabilité d'obtenir les résultats visés" Diane Halpern.
Capacité à évaluer une situation, une argument, un document, une personne, une organisation, une méthode de travail, etc., en détectant les valeurs, les écarts, les points forts et faibles. Etre en mesure de relativiser une information, par exemple par rapport à sa véracité ou la fiabilité de sa source.
L'esprit critique examine, évalue, interroge, discrimine, distingue, remet en question. Il est donc indispensable de le mobiliser durant votre parcours VAE, de l'appliquer à chaque étape du parcours et face à tous les intervenants.
Le candidat identifiera et se détachera des préjugés et prénotions nuisibles à l'expression de ses compétences. Il évaluera la prestation d'accompagnement et confrontant des avis diversifiés (dès le niveau bac+3).
Il explicitera dans son dossier de validation des situations de travail qui prouvent sa pensée critique.

- Quelles compétences transversales sont révélées par votre esprit critique ?
- Faites-vous des revues critiques des pratiques ? Qu'étudiez-vous pour concevoir vos objections, votre dispositif de réfutation ?
- Quels sont les principaux facteurs professionnels qui alimentent votre esprit critique ? Quels outils étayent votre réflexion ? Explicitez.
- En quoi votre éthique professionnelle interroge-t-elle vos pratiques, principes d'action ?
- Quels faits et hypothèses mettez-vous en question ?
- Quelle autocritique faites-vous au sujet de votre mémoire de validation ? Réfléchissez-vous vos pensées ? Quand est-ce indispensable en situation professionnelle ?
- En quoi l'esprit critique est-il un moyen d'améliorer les performances ?

     

Esprit d'analyse : derrière l'expression descriptive des acquis doit transparaitre l'analyse, c'est-à-dire :
- l'aptitude à repérer, étudier, décomposer et réfléchir les spécificités et caractéristiques d’une situation ou d’un problème, au sein d'un document (texte ou image), d'une collection de données ou d'une demande.
- l'aptitude à catégoriser, hiérarchiser les éléments distincts qui dans la vie semblent indistincts ; capacités à relier les éléments entre eux et à étudier leurs relations ; capacité à établir des relations de causalité ou d’interdépendance (analyse de causalité) et à donner du sens.

Le candidat utilise son esprit d'analyse pour mettre à distance, puis étudier son parcours d'expérience passé et présent, repérer les situations de travail significatives et faire émerger les connaissances pratiques, procédurales et théoriques mobilisées. Il permet de repérer les attentes du jury et d'y répondre.
Cette concentration pour identifier et évaluer ses compétences, est une forme d’auto-analyse. Elle passe souvent par les relais d’un accompagnateur qui aide le candidat à se focaliser sur ces représentations, puis à les traiter sous les angles définis par le diplôme visé.

Plus le niveau de diplôme est élevé plus le candidat explicitera son activité intellectuelle, sa réflexion et ses capacités à évaluer ses propres pratiques professionnelles en analysant par exemple, les effets de ses activités (sur qui et quoi ?). Tout déficit d'analyse compromet les chances de réussite des candidats.
Explicitez des situations de travail qui prouvent votre pensée analytique, donc du niveau de complexité requis.

L'approche analytique se réfère à un cadre théorique (issu du cartésianisme). Elle sépare, décompose, isole, est expérimentale, modifie les variables une à une, s'appuie sur les détails, identifie, simule, est indépendante de la durée, détermine, se programme.

L'approche systémique (pensée holistique d'analyse de l'action) se réfère à la réalité prise dans son ensemble. Elle relie, étudie les interactions, construit une représentation globale (modélisation), vivante, intègre la durée, compare, pilote les activités par objectifs, gère les incertitudes, modifie des groupes de variables.
Le candidat à la VAE, analysera les acquis issus de ses expériences selon une approche systémique, c'est-à-dire comme une totalité organisée dans des contextes spécifiques entretenant de multiples interactions. Bien entendu, plus la précision de la représentation de la réalité est grande, plus le niveau du diplôme est élevé.


Questions (voir étude) :
- Quelles compétences transversales sont révélées par votre esprit analytique ?
- Quelles questions vous posez-vous ? Quels sont vos critères analytiques ?
- Vous analysez vos relations à vous-même, aux autres, au métier, à quelles fins ?
- Vous observez l'interdépendance des évènements entre eux. Quelle est-elle ? Que déduisez-vous ?
- Quels sont les principaux biais cognitifs à pallier ?
- Qu'est-ce qu'une analyse d'activité dans votre métier ? Quels sont vos éléments d'analyse ? Vous pouvez annexer vos grilles d'analyse. Quelles perspectives, interactions, incidences, fonctions sont étudiées ?
- Vous étudiez les facteurs de jugements des parties prenantes, comment faites-vous ? Quels sont-ils ?
- Quels sont les liens entre vos analyses et les objectifs ou besoins ?
- Définissez-vous l'objet sur lequel porte l'analyse ? Les points de vue à adopter ?
- Quelles méthodes et moyens analytiques employez-vous ? Quelles sont vos techniques de visualisation des données ? Quelles sont vos valeurs de référence ? Quelles sont les informations structurantes (multicritère) de vos analyses ?
- Que devez-vous simuler pour analyser ? Quels sont les paramètres d'analyse ? Comment les extrayez-vous ?
- Devez-vous réaliser des analyses comparatives ? Prospectives ? Statistiques ? Fonctionnelles ? Techniques ? Economiques ? Comportementales ? Conjoncturelles ? Interactionnistes ? Multifactorielles ? Heuristiques ? Des causes et effets ? Des points déterminants ? Expliquez.
- Quelles analyses fonctionnelles (besoin, produit) menez-vous ? Comment faites-vous ?
- Analysez-vous des échantillons ? Des données ? Des indicateurs ? Des coûts ? Des résultats ? Des textes, discours, documents, sondages ? Expliquez.
- Quels sont vos outils d'analyse ? Quelles sont vos approches ? Quels sont les avantages de vos méthodes d'analyse ? Quelles sont les limites ? Quelles sont les incertitudes ? Contextualisez.
- Rédigez-vous des comptes-rendus d'analyse ? Expliquez. Annexez une synthèse.
- A partir de ces analyses, quelles conséquences logiques découvrez-vous ?

     

Esprit de synthèse :
Aptitude à regrouper des éléments distincts en fonction de caractères pertinents liés à un objectif déterminé. Identifier les priorités, les hiérarchiser. Concevoir des modèles à partir d'éléments divers (Représentation synthétique) afin :
- de former un ensemble cohérent,
- de repérer les questions essentielles dans des situations ou des problèmes complexes.
Aptitude à résumer de façon logique, exhaustive et concise en extrayant les éléments évalués comme majeurs.
Il n'y a pas d'esprit de synthèse sans analyse. Les tableaux de synthèse proposés dans les dossiers de validation sont donc très révélateur du niveau de maitrise intellectuelle des processus.
L'esprit de synthèse combine, associe, réuni, réorganise, résume.

L'oral de validation est un exercice de synthèse. Répondre aux questions du jury, expliciter les processus, les relier à chaque unité d'enseignement du diplôme en 1 à 2 minutes de temps de parole, tel est le défi.
- Quelles compétences transversales sont révélées par votre esprit de synthèse ?

     

Etude, Recherche, calcul, analyse :
Le candidat à la validation des acquis issus de ses expériences prendra soin d'annexer des exemples significatifs de ses travaux et exercices nécessaires à l'acquisition ou au développement des connaissances générales et particulières utiles lors de ses diverses situations de travail.
Il montrera au jury son travail de réflexion à chaque étape de ses activités, c'est-à-dire ce qu'il doit rechercher, calculer et mesurer pour comprendre, expliquer, prédire pour agir et faire face aux problématiques.
Il est crucial de montrer au jury que vos décisions se fondent sur des bases objectives donc sur des études avant, pendant et après la réalisation des situations de travail. Distinguez les études/recherches qui visent à connaitre (description, expérimentation, interprétation,...), de celles qui visent à agir (technique, méthodologie, décision,...)

La VAE est en soi une étude de cas. Analysez les situations de travail que vous présentez au jury, comme autant d'études de cas.
Etudiez les attentes du jury. Si vous les comprenez, vous lui prouvez vos capacités à repérer, réfléchir, comprendre, expliquer et agir conséquemment.


- Quels acquis d'expérience résultent de vos capacités à rechercher et à étudier ?

Nous distinguons :
- Etude des enjeux, l'analyse stratégique.
- Étude exploratoire. Test d'hypothèse, Etude du bien-fondé, Etude de l'existant. Étude de cas (vos situations de travail sont à étudier selon les contextes juridique, social, économique, culturel, organisationnel, concurrentiel, technique,...), de cohérence, des risques, des impacts, des interactions.
- Étude des faits, conjoncturelle, de situation, exploratoire, prospective, prévisionnelle, d'opportunité, d'orientation, d'évolution. Vos capacités à prévoir
- Étude descriptive, explicative, comparative, critique, quantitative, qualitative.
- Étude expérimentale, scientifique, des données, des caractéristiques, des corrélations, des rapports entre..., des facteurs, rétro-ingénierie.
- Etude sectorielle. Lesquels ? Quels sont les éléments de l'étude ?
- Répérer les symptômes pour réaliser une étude diagnostique et une étude pour trouver des remèdes. dossier de validation), de projets, de concept, de faisabilité (commerciale, économique,
- Étude des évaluations (docimologie), des méthodes, des processus, de fonctionnement (et coôts de fonctionnement). Vos capacités à organiser, rechercher, classer, hiérarchiser, prioriser,...
- Étude du contexte, du terrain, du marché (demande, offre, distribution et environnement) , des tendances, de la concurrence, marketing, des influences, des interactions, les valeurs d'usage, des rapports entre..., Vos capacités à relier.
- Étude de marque/nom, de comportement, des tendances, des réactions, de motivation, de marché, de segmentation, RFM, des besoins (physiologiques fondamentaux, de sécurité, d'appartenance, d'estime et de réalisation de soi, de temps), des attentes, la viabilité.
- Étude des cycles, des flux, des variations, étude statistique. Vos outils de contrôle de gestion
- Étude financière, de rentabilité, des coûts, des performances, de rendement, d'efficience, d'évaluation, des valeurs (analyse des coûts par rapport aux fonctions), , des retours sur investissements, des efforts par activité, de cohérence, de vraisemblance. Vos capacités à gérer des ressources
- Étude (SWOT/FFOM) des forces et faiblesses, des manques, de vulnérabilité, de fiabilité, des écarts, des dysfonctionnements, des contraintes, des points critiques, des menaces, des carences, des avantages et des inconvénients.
- Étude des parties prenantes, de leurs motivations, des attitudes. Vos capacités relationnelles
- Etude des cohortes, transversales, de cas témoins, exposés et non exposés, cas cliniques en cross-over.
- Étude technique : de l'outillage, des instruments, des équipements/infrastructures/installations, technologique, ergonomique, de conformité, du prédéveloppement et développement, de l'industrialisation, de la maintenance, de la sécurité. Rétroconception.
- Etudes fonctionnelles et non fonctionnelles.
- Etude produit : de sa valeur, évaluation des investissements, de fabrication, d'exploitation, de l'utilisation, des évolutions, de la commercialisation, de la diffusion, des coûts de retrait en fin de vie.
- Étude de contribution, de satisfaction (auprès de qui ?), d'impact (sur qui ? Sur quoi ?), des conséquences (sur qui ? Sur quoi ?), des résultats, rétrospective ou prospective, des retours d'expérience.
- Etude des sources d'incertitude (variabilité des données), des antécédents (si... alors...).
- Audit ou contrôle des contrôles (interne et externe, de performance, d'acquisition, opérationnel, financier, marketing, social, initial, de renouvellement, de conformité, d'efficacité,...), enquête, voir diagnostic.

Lorsque c'est possible, indiquez vos méthodes et critères de mesure et exprimez les résultats en chiffres :
- mesures du temps, des délais, de l'âge ;
- mesures spaciales, de densité, de la vitesse, du mouvement, de la force, des résistances, de la pression, de l'énergie ; mesures de grandeurs scientifiques ;
- mesures de phénomènes sociaux, économiques, politiques, culturels ; mesures statistiques ;
- mesures de la production, de la croisssance, des coûts ; mesures du danger, des risques, de l'importance.
Montrez vos capacités à évaluer une grandeur, par comparaison avec une autre d'une même espèce et prise comme référence. Précisez vos étalons.

Questions :
- Comment savez-vous qu'il vous faut conduire une étude, une recherche ? Quelles sont les origines du besoin ? Quels sont les liens entre études et besoins, entre étude et preuves de... ? En quoi l'étude est-elle pertinente ? Rentable ? Quels sens et portée donnez-vous aux études ?
- Quelle continuité existe-t-il entre les différentes études ? Quels sont les liens entre vos études et vos outils de contrôle ?
- Les études s'inscrivent dans quel contexte ? Définissez-vous les problèmes à étudier ? Quels sont les points-clés que vous étudiez ? Quels sont les objectifs d'étude ?
- Définissez-vous les périmètres des études ? Décrivez-vous les domaines d’application des études ? Leurs limites ?
- Participez-vous à la conception du plan d'études ? Concevez-vous plusieurs scénarios d'études (d'enquêtes) ?
- A qui sont destinées les enquêtes et études ?
- Quel est le pourcentage du temps consacré aux études lors de vos projets ?
- Définissez-vous des protocoles d'étude ? Des plans de tests et d'essais ? Expliquez, éventuellement annexez vos outils et instruments d'étude et de mesure. Quelle méthodologie employez-vous ? Quelles variables devez-vous étudier ? Quel type de données recueillez-vous ?
- Que devez-vous analyser pour comprendre ? Que devez-vous calculer ? Pour évaluer quoi ? Que devez vous comprendre pour agir ? Résoudre ? En quoi les études sont nécessaires au diagnostic ?
- Etudiez-vous différents régimes de fonctionnement ? Lesquels ? A quelle fin ? Pour quels résultats ?
- Justifiez-vous les types de données recherchées ? Précisez-vous les moyens utilisés ? A qui ? Comment ? Précisez-vous les limites des études ?
- Prélevez-vous des échantillons ? Participez-vous à des études (de quelle nature ?) en laboratoire ? Explicitez
- Qui interprète les études ? Qu'est-ce que vos études révèlent ? Démontrent ? Confirment ? Suite à vos études, quelles recommandations faites-vous ? Quelles solutions préconisez-vous ? Pouvez-vous généraliser à partir des études ?
- Quelles sont les études nécessaires prérequises à la réussite de vos activités ? En quoi les études furent-elles utiles ? Quelles sont les limites des études ? Les études vous ont permis de progresser dans quels domaines ?
- Utilisez-vous des méthodes de mesure normalisées ? Lesquelles ? Comment sont validées les mesures ?
- Qu'est ce qui dans votre métier n'est pas mesurable ? Quelles problématiques en résultent ? Quelles sont les influences sur la décision ?
- Quel est votre rôle lors d'un audit (audit d'agrément par exemple) ? Déclenchez-vous les audits ? Comment le préparez-vous ? Quelles sont les différentes phases ? Quel est le système documentaire ?
- Analysez-vous les résultats de l'audit ? Explicitez.
- Etudiez-vous a posteriori les relations de cause à effet entre les décisions et leurs conséquences (retour d'expérience) ?
- Rédigez-vous les rapports d'études ? Explicitez vos recommandations.



     

Evaluation, mesure,dispositif d'évaluation, étalonnage : consiste à différencier et porter un jugement de valeur, à partir d'outils de mesure, dans le but de prendre une décision. Voir référentiel d'évaluation. Cet outil (le référent) intègre un historique, les objectifs de l'action et posséde des qualités essentielles comme la précision, la fiabilité, l'objectivité... Voir critère.
Evaluer, c'est donner du sens. Dans le contexte de la VAE, l'évaluation est systémique, car la vie (votre vécu) remet toujours en jeu la production du sens.

Partant de ce référent, l'observateur attribue une valeur à la chose observée (le référé).
Se distinguent : (Méthodologies d'évaluation)
- L'évaluation binaire qui ne retient que deux éléments comme résultats : go ou no go, vrai ou faux, réel ou fictif, est ou n'est pas, fait ou non fait.
- L'évaluation normative (certificative) qui évalue les compétences et les connaissances dans des situations codifiées à l’avance. Elle valide, décide, trie, sélectionne, élimine ou retient, hiérarchise, mesure.
- L'évaluation selon des critères qui fixe la performance à atteindre en fonction de conditions et d’exigences connues. Elle compare, manifeste les différences, fait ressortir, détecte des écarts, des variations, des manques, des besoins, des erreurs...
- L'évaluation diagnostique permet d’élaborer une mission, une activité, un projet en l’ajustant au mieux aux besoins. Elle observe, décrit, révèle.
Elle permet ensuite de corriger, remédier, adapter, régulariser.
- L'autoévaluation est conduite par la personne au sujet de sa propre action et de ce qu’elle produit. La VAE (évaluation des acquis) impose ce dialogue (autoquestionnement) et de cette réflexion de soi à soi (métacognition).

Les critères d'évaluation sont des éléments d’information, prédéfinis dans un système d’évaluation. Ils repérent les valeurs à estimer. On peut distinguer des critères de réussite et des critères de réalisation.
Les indicateurs d'évaluation (échelles, niveaux, ratios, valeurs d'un paramètre pertinent, le taux de, indice de...) permettent de chiffrer, qualifier les critères d'évaluation de façon objective. Ils se composent d'indicateurs classés par niveau de mesure de valeur (gradués). Ils sont en lien cohérent avec les objectifs. Ils doivent être être définis, puis discutés dans votre dossier. Types d'indicateurs de résultat obtenu : échelle de 1 à 20 - excellent, bon, passable, insuffisant, mauvais - fiable ou non fiable, est ou n'est pas, go ou no go, maîtrisé ou pas maîtrisé, acquis ou pas acquis, concordance ou discordance, niveau de qualité...

Le candidat à la validation des acquis issus de ses expériences prendra soin de montrer ses capacités à évaluer, mesurer en fonction d'objectifs prédéfinis, des contraintes, des risques repérés, des circonstances spécifiques, des outils de métrologie.

Questions :

- Quels acquis d'expérience résultent de vos capacités à évaluer ?
- Qu'est-ce qui motive les évaluations ? Quand est-il opportun d'évaluer ? Quelles sont les finalités, les intérêts ? Qu'est-ce qu'elles permettent de comprendre ? Pour prendre quelles décisions ?
- Comment délimitez-vous le champ d'évaluation ?
- Quels sont les différents temps du processus d'évaluation ?
- Qu'est-ce qui est généralement important ? Comment évaluez-vous cette importance ? Que doit-on prioritairement évaluer dans votre métier ? Evaluation des résultats, de l'information, des risques, des impacts, de la performance, des attentes et des besoins, des coûts, des rendements, de l'efficacité, de la conformité aux consignes, des comportements, de la satisfaction, des répercussions, des niveaux, des possibilités, des progrès, des arguments...
- De quelles informations avez-vous besoin pour faire cette évaluation ? Quelles sont vos bases de calcul ? Qu'est ce qui est défini comme étalon de mesure (référent) ? Le référent permet de mesurer quelle observation (référé) ?
- Quel dispositif d'évaluation est mis en place ? Quel référentiel ? Quelles relations établit-il ? Comment s'organise-t-il ? En quoi est-il cohérent ? Adaptez-vous ce référentiel ? Comment ? Quelles sont les ressources mobilisées ? Les compétences requises ?
- Quels sont vos processus d'évaluation ? Quelles sont les méthodologies, les modalités des évaluations ? Sur quelles mesures et tests reposent vos évaluations ? De quels outils avez-vous besoin ? Quelles sont vos normes d'évaluation ? Expliquez. Annexez vos études et outils d'évaluation.
- Quels sont vos outils de mesure des grandeurs ? Quelles grandeurs (quantité, qualité, production, mouvement, vitesse, énergie, pression, magnétique, électrique, acoustique, chimique, optique, croissance, phénomènes économiques, sociaux, psychiques,...) ?
- L'évaluation se réfère à quoi ? Définissez-vous cette référence (comparateur) ?
- Quelles sont vos méthodes de mesure directe ? Indirecte ? Par comparaison ? Par substitution ? Par transposition ? Différentielle ?
- Comment garantissez-vous la qualité des évaluations ? Comment vous assurez-vous que vous ne sous/surévaluez pas ? Comment validez-vous ?
- Quelle est la part de subjectivité dans vos évaluations ?
- Qu'est-ce qu'il est très difficile, voire impossible d'évaluer ?
- Quels indicateurs d'évaluation devez-vous personnaliser ? Standardiser ? Expliquez.
- Rédigez-vous des rapports d'évaluation ? Vous pouvez annexer une synthèse à votre dossier.
- En quoi le processus d'évaluation est-il une aide à la décision ?
- Quels sont les changements, les connaissances, engendrés par les évaluations ? Exemple.
- Quels sont vos indicateurs de résultats ? Explicitez-les dans votre livret de validation.

     

Expertise : Analyse systématique d’une situation et conclusions consécutives établies par une démarche scientifique.
Questions :
Quels sont vos domaines d'expertise ? Qui sollicite vos expertises ? Qu'est-ce qui exige une expertise dans vos activités ? Qui réalise l'expertise ? Rédigez-vous et communiquez-vous des rapports d'expertise ?
Lisez : Comment faire émerger les connaissances implicites des experts ?

     

Expérience, apprentissage expérientiel : Savoir acquis par la pratique ou l'observation. AFNOR Association française de normalisation. Elle est un mode d’acquisition de la compétence.
Degré de maturité atteint dans l'exercice des missions, activités et tâches par le candidat. Elle se manifeste par la plénitude avec laquelle il fait face aux problèmes et situations inattendus et par sa capacité à formaliser et analyser.
L’analyse des acquis de l’expérience suppose une reconstitution descriptive et cognitive de cette expérience et une analyse des retours d'expérience.

Retour d'expérience (REX) : la démarche (exemple : CREX / ORION) de retour d’expérience est pratiquée à l’occasion, soit d’un accident ou d’une crise, soit d’un écart constaté par rapport à la norme ou au fonctionnement normal de l’Organisation. Le retour d'expérience est au cœur de la VAE. Chaque événement, chaque changement, vécu par le candidat est une opportunité pour assimiler de nouvelles connaissances et progresser.
L'étude des REX indique aussi vos capacités à réinvestir vos savoirs et savoir-faire dans de multiples situations de travail.

Le candidat à la VAE s'appliquera à expliciter les connaissances acquises lors de ses propres expérimentation et recherches : son héritage professionnel. Le concept d'effet d'expérience s'applique au candidat au sens où plus il dispose d'expérience cumulée grâce à son d'ancienneté, plus il est susceptible de maitriser les compétences requises par le diplôme visé (sauf s'il exerce dans un contexte de constant changement).

Questions :
- Quels sont les retours d'expérience que vous valorisez ? Justifiez.
- Utilisez vous une méthode d'analyse des retours d'expérience ? Communiquez-vous à propos des bonnes pratiques ?
- Quand vous inspirez-vous de vos expériences ? Quand pouvez-vous vous appuyer sur vos expériences ? Quand êtes-vous choisi pour votre expérience ? Par qui ? Avec qui échangez-vous vos expériences ? Que généralisez-vous à partir de votre expérience ? Quand est-il nécessaire d'avancer par expériences empiriques successives ? Expliquez.

     

Explicitation : énoncer clairement tout ce qui est impliqué, tout ce qui est nécessaire pour être compris sans équivoque.
Entretien d'explicitation : désigne un ensemble de techniques qui ont pour but de favoriser, d'aider, de solliciter la mise en mots descriptive de la manière dont une activité, une tâche a été pensée puis réalisée.
L'entretien d'explicitation vise en priorité la verbalisation de l'action, telle qu'elle est effectivement mise en oeuvre dans l'exécution d'une tâche précise. Bien entendu, le terme d'action ne recouvre pas seulement des actions matérielles, mais comprend aussi les actions mentales. (GREX Groupe de recherche sur l'Explicitation).
Autre objectif, l'entretien d'explicitation permet de faire émerger les souvenirs.

Le candidat à la VAE s'appliquera à questionner systématiquement l'implicite dans ses écrits.

L'une des grandes questions de la VAE, c'est la mémoire. L'entretien d'explicitation vise à déclencher le sentiment de "revivre" concrètement tous les détails de ses pratiques professionnelles en tenant compte des contextes variables et à rendre conscient les parties implicites et pré-réfléchies de ses activités.
L'explicitation et le recul réflexif associés donnent au jury le sentiment que vous ne traitez pas mécaniquement les situations de travail.
- Quels acquis d'expérience révèlent vos capacités à expliciter clairement ?

     

Fonction : la raison d’être d’un emploi du point de vue fonctionnel (plus usité pour les cadres).
On peut distinguer une douzaine de fonctions dans une Organisation :
– la direction générale (stratégie, la décision ) ; l'innovation (recherche et développement) ; la production ; la communication ; l'organisation, la planification, les méthodes ; l'informatique ; la comptabilité et la finance ; le juridique ; le contrôle de gestion ; les ressources humaines ; le marketing, le commercial (supply chain) ; la qualité.

Un référentiel diplôme est structuré en fonctions et sous-fonctions.
Si le diplôme visé stipule que vous devez savoir mener des études fonctionnelles et non-fonctionnelles, le mot prend un autre sens. Vous expliciterez quelles sont vos démarches pour créer, améliorer un service, un produit.

Questions :

- Quelles sont les raisons d'être (finalités) de vos fonctions ? Quels types de fonction vous sont dévolues ? Dirigeantes, managériales, exécutives, administratives ? Etes-vous élu à vos fonctions ? Cumulez-vous certaines fonctions ? Délèguez-vous des fonctions ? Vos fonctions sont définies, redéfinies par qui ? Comment ont-elles évolué ? Etes-vous assermenté ? Qu'est-ce qui est incompatible avec vos fonctions ?
- Vous articulez les différentes fonctions les unes entre elles, Comment ?
- Vos fonctions coordonnent quels processus ? Quels sont vos liens avec les autres fonctions ?
- Quels sont les différents points de vue que vous analysez dans vos fonctions ?

     

Gestion de projet - Etude, management, ingénierie : En cohérence avec un diagnostic, le projet a pour finalités d'assurer la coordination des acteurs et des activités dans un but d'efficacité et de rentabilité pour construire méthodiquement et progressivement une réalité à venir. Le projet respecte des objectifs clairement identifiés, pour une durée déterminée et dans le respect de coûts préétablis. Existe des projets "ouvrages d'art", des projets "organisationnels", comme le projet de changer le plan comptable, et des projets "produits" réalisables en série. Développez ICI.

Après avoir décrit son entreprise et son unité de travail, le candidat visant une licence, un master, un titre d'ingénieur, un MBA... peut structurer son mémoire de validation en s'appuyant sur les étapes de la gestion (ingénierie) d'un projet ou de la gestion d'un problème. Ce cadre simplifiera l'interprétation du jury et facilitera la vérification du degré d'intégration des connaissances nécessaires pour mener à bien le projet.

Plan et cycle vie du projet. les principales étapes PMBOK :
Comprendre, Connaitre :

Réflexion sur les nécessités et intérêts du projet. Analyse de l'existant. Etat des lieux.
- Quelle est la typologie du projet ? Quel est son environnement ?
- Evaluez-vous, suivez-vous dans le temps la pertinence des projets ? Comment ?
- Quelle était la situation avant le projet (le changement) ? Quels étaient les liens avec d'autres projets ? Quels sont les liens entre ce projet et la stratégie de votre Organisation ? Quelles sont les conditions de lancement ? Ce projet devait résoudre quel problème ? Le projet correspond à quels besoins, quelles attentes ? Donnera-t-il des avantages concurrentiels porteurs ? Comment le savez-vous ?
Quels étaient vos constats ? Quel fut votre bilan critique à ce niveau ?
- Quels méthodologie et outil de gestion de projet employez-vous ? Justifiez votre choix.
- Qu'est-ce qui n'était pas calé au départ du projet ? Comment avez-vous géré les incertitudes ? Comment validez-vous l'expression des besoins ?
- Quelle continuité existe-t-il avec les projets antérieurs ?
- Comment s'effectua le lancement du projet ?

L'avant-projet - Phase d'émergence, de définition, de programmation - Orienter, Développer, Prévoir : Annexez un schéma synthétisant l'architecture du projet
Définition des visions stratégique, fonctionnelle, procédurale, technologique. Définition du projet, de sa nature.
- Nomination d'un chef de projet, d'un coordinateur - Définition des partenariats - Formalisation des idées, la vision - Etude, explicitation, analyse des stratégies, des objectifs, les enjeux, les caractéristiques - Définition des objectifs du métier - Conception d'un arbre d'objectifs.
- Les études (étude d'opportunité...), analyse du contexte. Etude de la situation présente, Interviews.
- Définir les cibles (utilisateurs...), identification des attentes (relations avec les utilisateurs, avec les clients, les fournisseurs), expression des exigences et des besoins. Positionnement. Délimitation du champ d'action, du périmètre. Définition des compétences à mobiliser. Définition des performances à atteindre.
- Rédaction des notes de cadrage (stratégique, fonctionnelle, technologique, juridique, budgétaire, organisationnelle) et validation.
- Définition et analyse des spécifications fonctionnelles et non fonctionnelles.
- Etudes de faisabilité légale, économique (calcul des coûts directs et indirects, marge), d'impact, technique, organisationnelle, temporelle. Autorisations administratives. Identification des risques et des solutions. Evaluation des répercussions.
- Consultation d'un maître d'œuvre. Premières estimations des ressources humaines, financières, matérielles, des principales étapes, des délais et des retours sur investissement. Estimation de la durée, étude des marges critiques.
- Etude, Documentation, Collecte de données diverses - Expérimentation de scénarii (simulation) permettant d'évaluer les risques, repérer et mesurer les contraintes. Première évaluation des coûts.
- Phase d'approfondissement des besoins, ressources nécessaires à la maitrise du projet. Conception d'une analyse fonctionnelle et d'études techniques. Contact avec des prestataires extérieurs.
- Réalisation de prototypes, de maquettes. Etude de conception. Démonstration en environnement opérationnel.
- Elaboration des cahiers des charges (produits, projets, qualité, de commande,...) et des spécifications techniques, d'un dossier de conception, de manuels utilisateurs, de documents contractuels permettant de lancer le projet. Formalisation de tous les éléments administratifs, financiers et organisationnels. Choix d'un mode de chiffrage.
- Etudes des offres par rapport aux besoins prédéfinis. Négociation, Plan de sélection.
- Business plan. Conception de budgets prévisionnels, plan de trésorerie. Montage financier, Plan de financement (court/moyen terme). Partenariat avec des investisseurs. Calcul du seuil de rentabilité. Calcul des besoins en fond de roulement et évaluation de leur évolution dans le temps. Budgétisation (investissement, affectation, répartition...). Gestion budgétaire.
- Recensement (annuaire) des intervenants. Recrutement. Identifier les sous-traitants, les fournisseurs. Les contractualiser.
- Définition des travaux livrables.
- Recensement des solutions de dépannage pour faire face aux aléas. Revue générale. Approbation.

Engagement et Déploiement des plans d'action - Initialiser, Planifier, Mettre en route, Déployer, Réaliser, Fabriquer, Concrétiser - Structurer, Définir le mode de fonctionnement - Piloter la Production et l'Exploitation, Soutenir :
- Définitions des fonctions, périmètres, découpages, ordonnancement, limites des missions.
- Choix des modalités, des méthodes et des règles de fonctionnement. Assigner un objectif à chaque structure et à chaque activité. Assurer la traçabilité des exigences.
- Identification, définition et répartition des rôles et des charges (méthode RACI). Communiquer pour donner du sens, motiver. Organiser la communication entre les intervenants.
- Détermination d'un chemin critique. Repérage des points clés de décision et de validation.
- Mise en place des structures (organisation, contrôle, production...)
- Détermination et affectation des ressources matérielles. Gestion des ressources. Gestion budgétaire.
- Création d'un calendrier (planning opérationnel, scénarios d'avancement) et de tableau de bord de pilotage. Exploitation du cahier des charges.
- Mise en place des processus, les découper (WBS), des normes de fabrication - Planification graduelle, coordination de chaque étape.
- Pose de jalons permettant de suivre et de mesurer l'avancée du projet.
- Organiser les flux d'information (avec et entre les contacts internes et externes), les flux logistiques.
- Mise en place de procédures qualité.
- Organiser les achats. Contrôler les approvisionnements. Gérer les stocks.
- Mise en place de documents de suivi d'avancement, de suivi des ressources, de suivi de qualité. Mise en place d'outils d'évaluation et de dossiers de contrôle, les suivis et rapport. Mesures d'efficacité et d'efficience.
- Animation, régulation (partage, coopération, collaboration).
- Phases de tests. Actions de correction.
- Vérification de conformité, des conditions de mise en service. Qualification. Validation.
- Préparer la livraison et Livraison sur Site pilote. Démonstration - Conduite du changement, Plan de formation
- Procédure d'homologation, Généralisation de la diffusion, Passage de l'ancien système au nouveau. Mise à disposition. Mise en production.
- Phases de surveillance après la mise en route du projet. Réalisation de dossiers d'ouvrages exécutés. Installation. Début d'exploitation. Etude de l'exploitation
- Etude de satisfaction des attentes et besoins.
- Protéger juridiquement.
- Conception et mise en place d'un plan de communication (plan de lancement, plan média), de promotion.

Sortie de projet, Bilan - Entretenir, Pérenniser, Faire évoluer, Valoriser :
- Clore les engagements contractualisés, les partenariats.
- Etude et exploitation des résultats, Etude de l'impact réel - Documentation du projet - Retour d'expérience, Généralisation (transfert).
- Adapter le projet à d'autres domaines. Concevoir et mettre en œuvre un plan de commercialisation.
- Etude des évolutions possibles - Développement (internationalisation...)
- Démontage. Recyclage. Tri. Destruction.
- Transmission des connaissances et préservation des savoir-faire - Assistance, Assurer le support technique - Pérenniser.
- Etude, rédaction d'un cahier d'entretien, mise en place d'actions de maintenance corrective et évolutive. Mise à jour de la documentation. Sauvegarde et archivage.
- Revue de direction, définir de nouveaux objectifs.

Questions :
- Quels sont les données, informations, documents d'entrée ?
- Comment réunissez-vous les informations relatives à toutes les tâches se rapportant au projet (gestion de la documentation liée au projet) ? Menez-vous des interviews exploratoires ?
- Quels documents de travail produisez-vous (documents de sortie) ou consultez-vous lors de vos études/gestion de projet ? Annexez des pièces probantes à votre dossier de validation.
Charte et plan de projet - Lettre d'intention - Protocole d'accord, contrat, minutes - Comptes rendus de délibération - Matrice des responsabilités - Lettre de mission - Mandats - Documentation fournisseurs et clients - Etudes et enquêtes préalables (opportunité, d'intérêt, faisabilité, prospective...) et autres études détaillées (services, outils, produits...) - Dossier de consultation - Les notes de cadrage - Le(s) cahier(s) des charges (dossier informatif, juridique, technique...) et les recommandations - Traces écrites des hypothèses, motifs des choix - Plans et schémas - Dossier technique - Cahier de laboratoire - Diagrammes et graphiques - Organigrammes - Fiche de poste - Le qui fait quoi ? - Fiche des méthodes - Nomenclature - Référentiel de contrôle interne et manuels de maitrise - Fiche de collecte des données - Guide des procédures ou référentiel de processus - Spécifications détaillées - Fiche de liaison - Système documentaire - Référentiel - Planning détaillé des tâches - Tableau d'emploi des ressources - Procès verbal - Organigramme WBS des activités et tâches - Structure de décomposition de l'assemblage du produit (ABS) - Structure de découpage du produit (PBS) - Les contrats et avenants - Rapports intermédiaires à chaque étape (rapports de conception) - Des comptes rendus de réunions - Les revues de projet - Les relevés de décision - Dossier de fabrication - Registres et fiches de reporting - Le journal de bord consignant les événements - Tableau de suivi de réalisation de chaque activité (dont suivi des livrables) - Diagramme de suivi des risques - Les prévisionnels (d'organisation, budgétaire...) - La structure de décomposition des coûts et le suivi comptable des budgets - Crédit documentaire - Les devis et factures - L'organigramme (RBS) et le suivi des ressources - Les protocoles et rapports de tests - Notes de calculs - Plans de recettes techniques, fonctionnelles - Le cahier de justification des solutions retenues - Les rapports de dysfonctionnement - Les fiches de suivi d'analyse et traitement des anomalies et des divergences - Liste et rapport de contrôles - Liste et rapport des risques - Statistiques, reporting, indicateurs - Les contrats partenaires, fournisseurs, clients - Le dossier récapitulatif des courriers émis / reçus - Manuel qualité (selon quelle norme ?) - Le tableau des critères et indicateurs qualité - Plan de communication - Rapport de fin de projet - Rapport d'analyses multi-dimentionnelles - Document de mise en service, Manuel d'utilisation, d'exploitation - Guide d'entretien (sens interviews) - Dossier de presse - Supports de formation - Documents de livraison - Cahier de maintenance.
Pour les Marchés Publics : Dossier de consultation - Acte d'engagement - Cahiers des clauses techniques et administratives particulières - Cahiers des clauses administratives et techniques générales
.

- Quelles normes en management de projet respectez-vous ? (ISO 10006, X50-115, 116,117, 118, X50-137, 138 ?)
- Avez-vous sélectionné le projet le plus intéressant ? Qui a approuvé, appuyé le projet ? Quelles furent les autorisations administratives et légales indispensables à la mise en œuvre du projet ? Quelles équipes (comités) furent nommés ? Quelle était la cohérence entre les buts du projet et les moyens mis en œuvre ? Comment avez-vous estimé ces moyens ? Quels étaient vos outils de chiffrage ? Quelles furent leurs missions spécifiques ? Quels furent les résultats du projet ? Quelle fut sa rentabilité ? Quel fut son coût ? Les prêts furent-ils remboursés ? Qu'est-ce qu'il a modifié ? Qu'est-ce qu'il autorise ? Qu'est-ce qu'il supprime ? Qu'est-ce qu'il innove ? A quoi s'est-il heurté ? Quels furent les amendements au projet ? Comment protégez-vous juridiquement le projet ? Avez-vous externalisé des activités ?
- Participez-vous au comité stratégique ? De pilotage ? De coordination ? A des groupes de travail (lesquels) ? Sélectionnez-vous la source de financement du projet et les affectations budgétaires ?
- Quels sont les opposants au projet ? Quels sont leurs arguments ? Comment arbitrez-vous ?
- A quelles revues participez-vous (revue des exigences et besoins, de définition des objectifs, de qualification, du plan de développement, d'organisation, d'exploitation...) ? Mettez-vous en œuvre le Six Sigma ? Comment organisez-vous le reporting ?
- De quelles autorisations aviez-vous besoins ? Que pouvez-vous autoriser ?
- Comment intégrez-vous le projet à l'existant ? Rédigez-vous un rapport d'intégration ?
- Quelles méthodes de simulation, quels tests de stress employez-vous (ex : méthode de Monte-Carlo) ? Rédigez-vous des rapports de tests ?
- Décidez-vous des évolutions en cours de projet ? Analysez-vous les conséquences ? Comment surveillez-vous les effets de ces évolutions ?
- Comment vous asurez-vous que les parties prenantes sont en accord et satisfaites à chaque étape du projet ?
- Quels furent les temps forts du projet ? Quels furent les facteurs clés de la réussite (réussite partielle) du projet ? Expliquez. Comment mesurez-vous la réussite ?
- Comment gérez-vous les modifications sur le projet en phase de réalisation ? Racontez. Comment avez-vous fixé les délais d'étude, de réalisation, d'approvisionnement, de livraison,... ?
- Avez-vous fait évoluer l'organisation projet au cours son cycle de vie ? Explicitez, justifiez. Comment avez-vous intégré le projet dans la culture d'entreprise ?
- Quels furent vos indicateurs de performance des couts ? De performance de la planification ? Indices de performance à accomplir ?
- Quels furent vos retours d'expérience (ce qu'il faut répéter, ce qu'il faut créer, ce qu'il faut ajouter ou ôter) ? Réutilisez-vous les données d'anciens projets ? Donnez un exemple.
- Quelles sont les suites prévues ?
- Votre longue expérience de la gestion de projet fournit quelle base de référence ?
- Répondez-vous à des appels (publics et privés) à projets ? Décrivez.





     

Interaction, corrélation : Action et influence réciproque entre deux ou plusieurs objets, entre deux ou plusieurs phénomènes, entre un ou plusieurs personnes ou groupes (étude des rapports entre...). Etude des rapports entre... Si c'est pertinent, annexez des courbes d'interaction. Commentez.

Lors de la rédaction du dossier de validation, le candidat à la VAE fait interagir l'inventaire de ses activités et tâches présentes et passées avec un référentiel diplôme. Un descriptif détaillé de l'activité est donc un préalable nécessaire pour établir les liens.
Ensuite, il étudie les interactions majeures entre ses activités et chaque thème de réflexion proposés dans la trame du dossier.
l'explicitation de ces relations rend visible et compréhensible les éléments implicites des activités et aide le jury à évaluer le contenu et niveau des acquis.
L'étude des interactions démontre aussi les capacités du candidat à considérer plusieurs points de vue et à relier les causes et les effets. L'une des tâches de l'accompagnateur VAE est de l'aider mener à bien ce travail intellectuel.
Ne confondez pas corrélation et causalité.

Questions :
- Quels acquis d'expérience résultent de votre étude des interactions ?
- Que (qui) devez-vous mettre en relation (besoins d'interaction) ? Quelle est la logique ?
- Calculez-vous des matrices de corrélation ? Expliquez.
- Comment étudiez-vous les relations entre deux facteurs clés ? Quels sont les éléments qui interagissent ?
- Devez-vous observer, calculer, vérifier, expliquer des corrélations ? Entre qui et qui ? Quoi et quoi ? Quand ? Comment ? Justifiez.
- Vous tenez-compte de quelles interactions ? Expliquez.
- Etudiez-vous les interactions entre les données d'un problème ? Donnez un exemple.
- Etudiez-vous les interactions entre les solutions d'un problème ? Donnez un exemple.
- Quelles sont les interactions entre le contexte et vos décisions ? Et votre organisation ?
- Quelles sont les interactions entre produits/outils et environnement ?
- Quelles interactions favorisez-vous (empêchez-vous) ? Quelles interactions détectez-vous ? Analysez-vous ? Démontrez-vous ? Comment ?
- Mettez-vous en place des règles de fonctionnement pour interagir entre les parties prenantes ? Lesquelles ? Construisez-vous des motivations communes ? Des représentations communes ? Une organisation commune ?
Evaluez-vous les interactions dynamiques ? Les modélisez-vous ?
- Quand vous faut-il éviter les interactions (évitement) ? Justifiez. Quand faut-il les renforcer ?
Téléchargez cet outil permettant de combiner les différents aspects d'une activité pour en étudier les interactions.
- Comment détectez-vous les incompatibilités ? Que faites-vous dans ce cas ?

     

Jury de validation : Instance désignée et seule habilitée à valider intégralement, partiellement ou pas du tout, le diplôme visé par le candidat à la suite de l’analyse des acquis issus de ses expériences. Cette analyse constate l'étroitesse des rapports entre le diplôme et le contenu et le niveau des expériences du candidat.

C'est au candidat à expliciter de façon probante l'étroitesse des liens. Cet exercice repose essentiellement sur une argumentation écrite. L'argumentation est illustrée par des études de cas extraites du vécu de référence du candidat. Plus le niveau du diplôme est élevé, plus les études de cas, doivent révéler les processus cognitifs sous-jacents aux actions.

Autrement dit, étudiez le diplôme visé comme vous étudiez méthodiquement un cahier des charges et faites coïncider chaque attendu avec vos acquis. Vous tentez de valider un diplôme pas un référentiel métier, ou une fiche de poste.

Si l'expression des acquis est incomplète ou lacunaire, le jury n'est pas en situation faire son constat, donc de valider les acquis du candidat.

Evaluer les savoirs académiques d'un étudiant et évaluer les savoirs issus de l’expérience d'un professionnel sont deux exercices très différents. Les risques d'incompréhension entre le jury et le candidat sont grands, d'où l'extrême importance à apporter à la juste expression des indicateurs de compétence.
L'exercice remet aussi en cause les membres du jury.

Les décisions du jury sont souveraines. Voir le chapitre jury de validation.

     

Marge, seuil, tolérance, champ, délimitation, portée, impact : Le candidat à la validation des acquis issus de ses expériences prendra soin de définir ses champs de compétences, leur portée et limites, puis de les relier aux attendus du diplôme. Plus le niveau du diplôme est élevé, plus cette compétence inhérente à la VAE est complexe.

La portée définit les capacités d'une décision, d’une activité, d’une mission à avoir des conséquences, des répercussions plus ou moins importantes (macro, méso, micro). Elle montre l'influence de vos responsabilités, l'impact de vos choix et actions. Plus l'impact de vos interventions est important plus le diplôme visé est de haut niveau.

Les différentes marges caractérisent l'autonomie.
Exemples : les délégations de pouvoir, de signature, les champs de responsabilité, d'influence. La capacité à définir les marges de sécurité, de liberté, de temps, d'initiative, de manœuvre, d'erreur, de tolérance, d'imprécision, de négociation, d'interprétation, de gain (bénéfice), d'exploitation, budgétaire, de solvabilité, de rentabilité, d'autofinancement,...
Les différentes limites définissent les champs d'intervention des candidats.
Exemples : La capacité à repérer les limites de compétences, des besoins, des objectifs, des outils, méthodes, des procédures, des recherches, des informations, des interventions, des contrôles, des évaluations, des tests, des outils, de temps, de budget, de qualité,...

Questions :
- Quels acquis d'expérience révèlent vos capacités à définir des limites ?
- Quelle réflexion menez-vous sur ces sujets ?
- Quelle est la portée, l'influence de vos paroles, arguments, décisions, résultats, mesures ? Quelles sont les sources d'impacts ? Quels sont les différents types d'impact ? Sur qui et quoi ? Quels sont les critères d'impact ? Que vous mesurez comment ?
- Quelle est la portée cognitive (mise en pertinence) de votre dossier de validation ?
- Déterminez-vous a partir de quel niveau les seuils deviennent significatifs ? Comment ?
- A partir de quand y a-t-il manque ? Surplus ?
- Définissez-vous ce qu'il faut placer en réserve, provisionner ? Comment ?

Les limites et les marges dépendent de quoi ?
- Définissez-vous des marges ? Des seuils de tolérance ? Des états-limites ? Lesquels ? Quand y a-t-il excès ou carence ? Comment les estimez-vous ? Quels sont-ils ? Expliquez.
Comment calculez-vous les marges ? Comment calculez-vous les états limites ? Les maxima et minima ?
- Vous définissez des frontières, entre quoi et quoi ? Entre qui et qui ?
- En quoi les seuils définis correspondent aux réalités du projet ? De l'entreprise ? Du métier ? Quels sont les seuils de signification ? Identifiez principaux les risques d'écarts.
- Comment calculez-vous les dispersions et limites de tolérance ? (Annexez vos outils 6 sigma)
- Observez-vous des effets de seuils ? Explicitez les conséquences selon votre contexte. Comment les palliez-vous ?
- Définissez-vous des périmètres d'intervention (délai, budget, acteurs, lieu...) ? Donnez un exemple.
- Quelle sont les limites de vos interventions ? De vos avis et conseils ? De vos responsabilités ? De vos pouvoirs ?
- Comment fixez-vous les limites ? Expliquez. Elles marquent une séparation entre quoi et quoi ? Qui et qui ? Quelles sont les limites imposées règlementairement ?
Quelles problématiques sont liées aux limites ? Quels sont les facteurs limitants ?
Avez-vous déjà franchi les limites imposées ? A quelle occasion ? Expliquez.

     

Méthode : Ensemble des moyens élaborés pour conduire sa pensée (concevoir, analyser, hiérarchiser, vérifier, évaluer) et son action (mettre en œuvre des procédés, des processus ordonnés, un protocole de fabrication, de contrôle, une méthode de distribution d'un objet ou service...). Préconception réfléchie d'un plan, manière de progresser vers un but.
Manière de réaliser un bien, un service suivant une certaine habitude ordonnée, certains processus codifiés, et en cohérence avec certaine conception et une certaine application.
Un procédé désigne les tâches élémentaires d'une méthode (méthode à façon).

Rappel des règles de la méthode de Descartes :
- Ne recevoir aucune chose pour vraie tant que son esprit ne l'aura clairement et distinctement assimilée préalablement.
- Diviser chacune des difficultés afin de mieux les examiner et les résoudre.
- Établir un ordre de pensées, en commençant par... (définissez vos critères d'ordonnancement)
- Passer toutes les choses en revue afin de ne rien omettre.



Le candidat à la validation des acquis issus de ses expériences prendra soin de repérer, de poser et de discuter les méthodes employées dans l'exercice de ses activités.
Il reliera les verbes exprimant les compétences à ses outils méthodologiques, exemples :
- rechercher : vos méthodes de recherche et d'étude, vos procédés d'investigation, votre méthodologie expérimentale ;
- controler : vos méthodes de contrôle ;
-
décider : vos méthodes de décision ;
- mesurer : vos méthodes de mesure (de quoi ?) ;
- évaluer : vos méthodes d'estimation, vos méthodes statistiques ;
-
Informer : votre système d'information ;
-
organiser : mode de classement, vos méthodes de coordination, de planification, de prévision, de mesure d'avancement ;
-
sécuriser : vos méthodes d'identification et de mesure des risques ;
- négocier : vos plans de négociation ;
etc.

Si vous rédigez des référentiels méthodologiques, annexez à votre dossier. Commentez l'annexe si nécessaire.

Méthodologie : Science étudiant les méthodes auxquelles on a recours (les dynamiques organisationnelles). Dès le niveau Bac+2, le candidat à la VAE prendra soin de définir et de justifier l'ensemble des règles et démarches qu'il adopte.
Se distingue, les méthologies d'étude, de recherche, d'évaluation, de contrôle, d'analyse, de diagnostic, de gestion de projet, de calcul, de test, d'enquête, de sélection, de conception, de réalisation, de communication, pour fixer des objectifs, des priorités, des performances, des limites, pour résoudre des problèmes.
Quels sont vos principes méthodologiques ? Identifiez-vous des failles méthodologiques ?

La rédaction du dossier de validation renvoit aussi à des règles méthodologiques précises. Rédiger son dossier de validation est plus simple qu'il n'y parait dès que le candidat a une méthode sur laquelle s'appuyer. Problématique méthodologique propre à la VAE : comment comparer ses acquis avec une fiche de formation ?

Questions :
- Quels acquis d'expérience résultent de votre connaissance des méthodes ?
- Quelle réflexion méthodologique menez-vous ? Quels appuis méthodologiques apportez-vous ?
- Quels sont les prérequis de vos méthodes ? Quelles sont les difficultés et précautions de mise en œuvre ?
- Vos méthodes sont centrées sur quoi ? Sur qui ?
- Quels sont les liens entre objectifs et approche méthodologique ?
- Comment comparez-vous ? Quoi et qui, avec quoi et qui ? Quel plan d'amélioration en résulte ?
- Etes-vous responsable des méthodes que vous définissez et employez ? Perfectionnez-vous les méthodes habituellement employées ? Comment validez-vous les méthodes d'analyse ? Testez-vous des méthodes ? Utilisez-vous des méthodes normalisées ? Lesquelles ?
- Comment avez-vous mis en place vos méthodes ? Quelles sont vos approches métholologiques (officielles ou non) ? Elles traduisent quels positionnements théoriques ?
- Quelles sont les différentes étapes de la méthode ?
- Avez-vous des contraintes méthodologiques ? Lesquelles ?
- Quels sont vos documents méthodologiques ?
- Quel est le plan de travail nécessaire pour concevoir et mettre en place vos méthodes ?
- Quels sont vos contrôles d'adéquation des méthodes ?
- Comparez-vous l'efficicence des méthodes ? En quoi la méthode que vous employez est-elle préférable à une autre ? Quels sont ses avantages ? En quoi sont-elles cohérentes ? Quelles sont les limites de la méthode ? Montrez la cohérence de la méthode choisie avec les objectifs, les enjeux, les circonstances.
- Evaluez-vous les coûts de revient des chaque méthode ? Rédigez-vous un bilan ?
- Evaluez-vous la durée de chaque méthode ? Comment ?
- Evaluez-vous les performances de chaque méthode ? Quels sont vos critères ?
- Avez-vous déjà harmonisé des méthodes ? Expliquez.
- Corrélez-vous certaines méthodes ? Lesquelles ? Justifiez.
- Quelles sont les limites des méthodes ? Mettez-vous en œuvre des méthodes "Agiles" ?
- Quelles sont les méthodes qui doivent être permanentes ? Quels sont les risques en cas de non-respect de la permanence des méthodes ? Expliquez.
Quelles sont les méthodes non permanentes ? Expliquez. Justifiez.


     

Métier : Regroupement d'emplois, liés ente eux par une même technicité et les mêmes compétences.
Il se définit : par un corpus de savoirs, de savoir-faire, de comportements professionnels,
- un ensemble de règles déontologiques, légales et habilitations à respecter,
- une identité (s'identifier à...),
- une perspective d'approfondir ses savoirs et pratiques : "apprendre en faisant", l'amélioration continue. Le Boterf

     

Mission : famille d'activités.
Généralement, une mission illustre plusieurs unités d'enseignement du diplôme visé par le candidat.
On peut identifier trois types de mission : les missions permanentes, exceptionnelles (gestion de problèmes, de crise,...), et ponctuelles (gestion de projet, d'un changement,...)
Eventuellement, annexez à votre dossier de validation vos lettres, ordres de mission.

     

Négociation : recherche d'un accord, d'un compromis. Vos capacités à négocier renvoient vers vos capacités à gérer un conflit et vos capacités relationnelles interpersonnelles.
Définissez clairement une question que vous avez dû négocier. Quelle était la problématique ?

Questions :
- Quelles compétences transversales sont révélées par vos capacités à négocier ?
Etes-vous chargé de conduire des négociations (bi / tri / multipartites) ? Expliquez. Intervenez-vous dans des négociations ? Déterminez-vous une stratégie, une tactique de négociation ?
- Quels sont les différents temps du plan de négociation ? Comment s'articulent-ils ?
- Que devez-vous savoir des parties en présence (les besoins, les intérêts par exemple) ? Expliquez. Quelles informations sont utiles ?
- Déterminez-vous l'important de l'accessoire ? Expliquez
- Définissez-vous des objectifs communs à partager ? Donnez un exemple.
- Comment palliez-vous les inquiétudes et les défiances ?
- Contractualisez-vous les accords ?

     

Niveaux de qualification : et lien avec un niveau de diplôme.
Personnel occupant des emplois n'exigeant pas de formation : niveau VI ;
Employé qualifié pour le niveau V (CAP et BEP) ;
Technicien pour le niveau IV (BAC...) ;
Technicien supérieur pour le niveau III (Bac+2 : BTS, DUT...) ;
Cadre moyen pour le niveau II (Bac+3 et 4: Licence, Licence pro, Master 1...) ;
Cadre supérieur pour le niveau I (Bac+5 : Master 2, mastère, ingénieur...).

     

Norme : Désigne un document de référence (référentiel AFNOR, ISO, CEN) ayant au moins deux caractéristiques :
- L'exacte reproductibilité des moyens et méthodes décrites
- La reconnaissance de tous
Ce référentiel propose des procédures techniques et commerciales communes à respecter.
Certaines normes peuvent être imposées par le droit.
Il existe 4 types de normes :
- Les normes génériques : désignant les règles en matière de terminologie, symboles, métrologie
- Les normes de spécifications : désignant les caractéristiques d'un bien, d'un service et des seuils de performance
- Les normes d'analyse et d'essais : désignant les méthodes et moyens pour la réalisation et la validation de tests sur un produit
- Les normes d'organisation : définissant les fonctions et décrivant les relations organisationnelles (norme ISO 9001)

Le candidat à la validation des acquis issus de ses expériences prendra soin de spécifier les normes qui encadrent son activité et de montrer leur impact.
Questions :
- Quelles normes sont imposées ? Quelle est leur finalité ? Les normes tiennent compte de quoi ?
- Comment avez-vous mis en place vos normes ?
- Quelles sont les Modalités Pratiques d'Application (MPA) des normes mises en place ?
- Quelle influence à la norme ISO 9001 sur votre organisation ? Quelle influence à la norme NF X50-798 sur vos relations avec vos clients ? En quoi la norme XXX simplifie vos relations contractuelles ? En quoi la norme XXX influe sur les dispositifs de sécurité ?
- Etudiez-vous des normes en vigueur dans d'autres pays ? Exemple.
- Comment mesurez-vous les écarts par rapport aux normes ?
- Avez-vous déjà été audité ? Développez.
- Face aux normes et standardisations, comment préservez-vous votre autonomie, singularités professionnelles et créativité ?

     

Organisation (dans le sens structure de travail) structure organisationnelle : groupement de moyens humains, matériels et financiers pour remplir certaines fonctions et atteindre certains buts (entreprise, société, association, entreprise artisanale, administration, etc). Structure responsable hiérarchisée permettant remplir des fonctions.
La théorie des organisations est constituée d'un ensemble de concepts, de méthodes, d'outils de gestion que définissent des conceptions différentes de l'entreprise.
Approfondissez ICI.
Questions :
- Qu'est ce que l'organisation structure ? Définissez. Comment se structure-t-elle (organisation entrepreneuriale, organisation de machines, organisation selon les qualifications, organisation diversifiée, organisation innovante, organisation normée,...) ?
- De quoi l'organisation doit-elle se doter ? De quoi dépend l'organisation ?
- Quelles activités devez-vous centraliser ? Désentraliser ? Expliquez. Justifiez. Quels sont les impacts sur la chaine de décision ?
- L'organisation a-t-elle déjà été réformée ? Expliquez. Justifiez.
- Comment ajustez-vous votre structure pour profiter des opportunités ?
- Comment optimisez-vous les couts de l'organisation ?

     

Performance : Produit de la compétence, de la motivation, des moyens alloués et des conditions de réalisation pour atteindre les objectifs.
Elle met donc en relation les capacités, les compétences, le contexte, le management, les moyens disponibles, les techniques, l'organisation (et les conditions) du travail, les méthodes, les relations et les motivations du groupe de travail, les aléas.
Approfondissez ICI.

Les performances régulières sont révélatrices de compétences ; elles en sont une manifestation concrète ; elles actualisent en continu les acquis d'expérience.
Le candidat à la validation des acquis issus de ses expériences prendra donc soin de donner au jury un maximum d'ndications chiffrées (La quantité de dossiers traités par exemple) et les marques de la progression des performances (La comparaison les performances à vos débuts et celles atteintes aujourd'hui par exemple).

Les indicateurs de performance mettent en place des critères, des points de repères qui rendent compte de la progression vers un objectif prédéfini. Il doit donc y avoir un lien explicite entre l'indicateur et l'objectif à atteindre. Vous pouvez annexer un tableau d'indicateurs de performances. Commentez-le dans votre dossier de validation.

ATTENTION aux excès ; le candidat ne doit pas se contenter d'énoncer les aspects visibles, codifiables de son travail. Ce serait confondre performance et compétence. Il doit aussi rendre compte des aspects invisibles de l'action, ce qui la sous-tend : le contexte, les raisonnements, la recherche et le traitement des informations, les relations internes et externes, l'organisation, la prise en compte des risques et des contraintes...

Questions :
- Quelles compétences transversales sont révélées par vos capacités à maitriser les performances ?
- Quelle réflexion menez-vous à ce sujet ?
- Qui gère la performance ? De quoi dépendent principalement les performances (facteurs de performance) ? Les performances sont-elles définies par contrat ? Quels sont les objectifs des performances ? Quels sont les critères et indicateurs de performances ?
- Quelles sont les méthodes employées pour définir, renseigner, exploiter les indicateurs et objectifs de performance des processus ?
- Comment optimisez-vous les performances ? Comment évaluez-vous les performances (des biens produits... Des services rendus...) ? Quand êtes-vous satisfait des performances ? Comment influez-vous sur les niveaux de performance ? Où se situe vos principaux gains de performance ?
- Calculez-vous les performances réelles par rapport aux performances demandées (capabilité) ? Comment ?
- Quels sont les outils permettant de suivre la réalisation de vos objectifs de performance ? Annexez et commentez-les. Quelles sont les performances clés pour l'Organisation ?

     

Plan d'action - Prescription - Planification - Mise en œuvre des processus opérationnels et fonctionnels - Phases de réalisation (Action et Réaction) : décrit le domaine d'application, les enjeux, les objectifs, toutes les étapes du programme de travail (passage progressif de l'abstrait au concret, décomposition en tâches), les partenaires, le financement (Plan Directeur de Projet, plan d'acceptation, plan de développement, plan d'action commerciale, plan d'action sociale, plan d'action culturelle ou sportive, plans de recettes techniques et fonctionnelles, plan d'observation, plan d'organisation, plan d'approvisionnement, plan de fabrication, plan de production, plan d'expédition/d'acheminement, plan d'expériences, plan de tests, plan d'embauche, plan de formation, plan de documentation, plan de communication, plan marketing, plan de soutien logistique intégré, plan d'investissement (désinvestissement), plan d'acquisition, plan de prévention, plan de contingence, plan d'inspection ou d'enquête, plan d'assurance qualité, plan d'installation, plan d'économie (de désendettement), plan de trésorerie, plan de mesures correctives, plan de redressement, plan de désengagement, plan de performance, plan social, business-plan, plan prévisionnel, plan de lancement, plan média, Plan de Continuité d'Activité PCA, Plan de Reprise d'Activité PRA, plan de désengagement,...). Afnor.
- Nous ajoutons les conditions de mise en œuvre.
Un plan d'action est conçu dans le cadre de situations de travail récurrentes, de résolution d'un problème, ou lors de la gestion d'un projet. Il définit ce que l'on va faire et les façons de faire, dans le respect des orientations et objectifs prédéfinis. Si vous participez à la rédaction des documents de référence, vous pouvez annexer une synthèse à votre dossier de validation.

Le candidat à la validation des acquis explicitera ses relations à l'action et les savoirs d'action issus de ses expériences. Pour mener à bien se travail, il prendra soin de détailler et de justifier chaque phase des plans d'action (élaboration, développement, mise au point, lancement, du développement, suivi lors de la maturité, le recadrage, le déclin, retour d'expérience) qu'il décidera de présenter au jury. Il montrera la cohérence du plan : la logique des objectifs, l'organisation des tâches, les délais, les ressources et compétences mobilisées. La compétence devient visible dans le récit du contexte opérationnel.

Questions :
- Quel(s) est(sont) le(s) facteur(s) déclenchant(s) ?
- Quels plans nationaux devez-vous connaitre ? Traduire en objectifs opérationnels et moyens d'action ?
- Quels sont les liens logiques entre stratégie, cibles, et plans d'action ?
- Comment veillez-vous à la conformité juridique des plans ?
- Quel était le contexte, les besoins ? Quelles furent les études nécessaires à la conception du plan d'action ? Qu'expérimentez-vous ? Celles qui furent nécessaires à la définition des modalités de management et d'intervention ? Sur quelle méthodologie vous appuyez-vous pour concevoir vos plans d'action ?
- Définissez-vous le périmètre du plan ?
- Quelle continuité existe-t-il entre les différents plans d'action ?
- Quelles sont vos réflexions anticipatrices, puis restrospectives sur le plan d'action ?
- Quelle est l'influence du précédent plan d'action sur le nouveau ?
- Elaborez-vous le cahier des charges pour mener à bien votre plan d'action ? Décrivez. Comment mobilisez-vous les ressources ?
- Comment construisez-vous les plans d'action ? Comment est-il décomposé ? (identification précises des actions à entreprendre, les nommer - Définition des résultats à atteindre, des effets induits (objectifs), des indicateurs de surveillance et de mesure pour garantir leur efficacité - Définir les échéances et les étapes de validation - Définir les ressources humaines et matérielles impliquées). Vous pouvez annexer le schéma du flux des tâches. Commentez-le.
- Quelles sont les principales étapes ?
- En quoi le plan d'action est-il cohérent ? En quoi les plans d'actions sont-ils cohérents entre-eux ? Quels sont vos outils d'analyse de l'action ?
- Elaborez-vous des méthodes pour conduire le plan d'action ? Expliquez. Comment testez-vous la cohérence entre les plans d'action ?
- Comment contrôlez-vous l'adéquation du plan d'action aux objectifs ? Quelle procédure de contrôle du plan mettez-vous en place ? Comment dimensionnez-vous, équilibrez-vous les charges de travail ?
- Quelles sont les relations entre les différents plans ? Vous pouvez annexer le schéma des flux.
- Comment éclatez-vous un plan commercial en plan de production ?
- Les plans d'actions correctives, préventives, d'amélioration s'inscrivent-ils dans un processus d'amélioration continue ? Explicitez-les.
- Comment mesurez-vous l'efficacité, l'efficience, l'impact, la pertinence des plans ? A quelle fin ?
- Déclinez-vous un programme d'action global à des niveaux subalternes ? Décrivez.
- Qui décide des échéances ? Des moyens à mobiliser ? Des modalités de travail ? Des modalités de validation ? Comment organisez-vous le reporting ?
- Comment savez-vous que vos plans d'action sont opérationnels ? Quels sont les critères de validation de vos plans d'action ? Quels sont vos outils de suivi, de pilotage ? Comment repérez-vous, évaluez-vous la cohérence entre les objectifs du plan et les moyens mobilisés pour les atteindre ?
- A quelles problématiques êtes-vous généralement confrontées durant la réalisation de vos plans d'action ? Quelle est la procédure de révision des plans ?
- Quels documents de travail devez-vous consulter lors de la réalisation de vos plans d'action ? Et ceux que vous devez produire ? Expliquez.
- Quelles sont les ressources-clés à maitriser ?
- Quels sont les livrables ? Concevez-vous des graphiques PERT, GANTT (annexez, expliquez) ?
- Devez-vous communiquer à propos de vos plans d'action ? Quand ? Auprès de qui ? Comment ?

     

Poste : Unité de base de l’organisation du travail. Elle est définie et délimitée concrètement dans l’espace et le temps et constituée d’un ensemble d’activités et de tâches. Le poste correspond généralement au travail que peut réaliser une personne.

     

Pratique professionnelle :
Ensemble ordonné d’opérations motrices et mentales (manoeuvres, méthodes, techniques, procédures, protocoles, instructions) qui permettent de concevoir ou/et de réaliser, tout ou partie, d'une activité.
Elle désigne,
- la démarche ad hoc (qui est le moyen). A définir.
- Ce que l'on fait sans vraiment avoir conscience qu'on le fait, soit parce qu'il est plus confortable de ne pas le savoir, soit parce que cet agir est tellement intégré qu'on ne le voit plus du tout comme modalité de notre action ;
- ce que l'on fait et dont on ne parle pas parce que ça ne correspond pas à ce qui est prescrit (La différence entre travail prescrit et travail réel) ;
- ce que l'on souhaiterait faire et qu'on n'arrive pas à faire (La différence entre les "empêchements d'agir" et "l'idéal professionnel") ;
- Ce que l'on fait et qu'on aimerait ne pas faire.Pierre Vermersch
Dans le cadre d'une VAE au niveau universitaire, vous pouvez évoquer, approfondir, éventuellement justifier les écarts constatés entre les théories et les pratiques ou entre les exigences des responsables RH, les définitions des fiches ROME, les référentiels diplômes et les réalités sur le terrain. Montrez les évolutions de votre métier.

Questions : Les pratiques sont encadrées ? Normalisées ? Documentez-vous les pratiques ?
- Quelles sont les pratiques attendues (les "bonnes pratiques" professionnelles reconnues par les professionnels de votre secteur d'activité) ? Celles qui sont tolérées ? Celles qui sont autorisées et celles défendues ? Comment comblez-vous les écarts entre les tâches prescrites et les tâches effectives ?
- Participez-vous à la rédaction d'une charte des "bonnes pratiques" ?
- Avez-vous déjà dressé un état de lieux des pratiques en cours ? Justifiez.
- Participez-vous à la diversification ou l'homogénéisation des pratiques ? Expliquez, justifiez.
- Quelles sont les techniques d'adaptation à votre poste de travail (ergonomie) ?
- Contrôlez-vous la conformité des pratiques avec la règlementation ? Les normes ? Comment faites-vous ? Quels sont les risques ?
- Comment adaptez-vous vos pratiques professionnelles aux changements ?

     

Priorité : désigne une organisation permettant d'interrompre une tâche au profit d'une autre plus urgente, et de reprendre ensuite la première activité. L'importance des ressources affectées à certaines activités marquera la priorité plus ou moins grande qui leur est donnée.
Le candidat à la validation des acquis issus de ses expériences prendra soin d'expliciter les priorités repérés dans l'exercice de ses activités, de les relier aux objectifs et au contexte.
Questions :
- Quelles compétences sous-jacentes sont révélées par vos capacités à définir des priorités ?
- Quelles sont les priorités ? Dans quels domaines ? Qui les définit les niveaux de priorité ? Expliquez-les et reliez-les à votre organisation.
Qu'est-ce qui influe sur les priorités ? Comment sont révisées les priorités ? En fonction de quoi ? De qui ?
Montrez vos capacités à vous adapter à des priorités et à objectifs variables.

     

Problématique, dilemme, antagonisme, clivage : désigne l'ensemble des problèmes qui se posent sur un sujet déterminé. Voir traitement d'un problème.
Problématiser : désigne les processus intellectuels qui s'efforcent de poser, de construire et de résoudre un problème.
Le candidat à la validation des acquis issus de ses expériences prendra soin de repérer, de poser, de discuter les problématiques majeures (c'est-à-dire dignes d'intérêt pour le jury) rencontrées dans l'exercice de ses activités. Il questionnera ses situations de travail et les problématisera en référence au diplôme, à sa fonction et au contexte. Faites émerger et discutez les principales questions de fond rencontrées (exemples : interroger les limites, les écarts, les méthodes, les dilemmes,...) .
Problématiser vos acquis permet de les mettre en scène et de révéler votre analyse réflexive.
Téléchargez cet outil qui vous aidera à mener à bien le travail de problématisation

Plus le niveau du diplôme visé est élevé plus le travail de problématisation est important dans le cadre de la VAE, car :
- C'est un processus cognitif complexe donc valorisant à exprimer pour le candidat. Il situe le niveau de ses acquis en montrant ses capacités à définir ses objets et son plan de recherche, à identifier les questions pertinentes.
- C'est un processus descriptif valorisant : l'explicitation d'une situation véhiculant de nombreuses informations à étudier. Une problématique est ancrée dans les réalités des candidats. Si les conditions et les données du problème sont bien décrites, le jury l'assimile à un élément de preuve.
- C'est souvent dans les situations d'inconfort, de changement, que l'on progresse.
- En montrant comment vous exprimez et dépassez les situations problématiques, vous mettez en évidence vos compétences pour manager la complexité, les incertitudes et vos capacités à analyser selon tous les points de vue.
- Il faut avoir des connaissances pour se poser des problèmes. La problématisation questionne, remet en cause les affirmations, clarifie, révèle, imagine avant de réaliser. Elle cherche la compréhension.

Questions :
- Quels acquis d'expérience résultent de vos études des problématiques ?
- En quoi les problématiques exposées dans votre dossier de validation sont-elles claires, importantes et intéressantes dans le cadre de votre VAE ? Quelle est la nature des problématiques ? Quelle est leur portée, la pertinence de la problématique ? Quelles compétences et connaissances sont mobilisées pour remédier ?
- Quel questionnement, étude, suscite-t-elle ? Comment évolue-t-elle au fil du temps ? Quelles sont vos hypohèses ? Vos observations ? Vos prises d'information ?
- Décrivez-vous le tableau clinique des situations-problèmes ? Explicitez.
- A partir des problématiques, quel modèle d'analyse concevez-vous ?
- Quels sont les écarts entre vos observations et les attendus ?
- Qu'est-ce que vos recherches ont apporté à votre connaissance du problème ?
- Quand devez-vous décider et agir dans un contexte instable, fait d'incertitudes ? Comment gérez-vous ?
- Quels risques intrinsèques et prévisibles sont induits par la problématique ?
- Quels sont généralement les écueils à éviter ? Quels sont les points critiques ? Les interconnexions ? Quels sont les objectifs, besoins, attentes, valeurs contradictoires ? Que faites-vous pour résoudre les problèmes repérés ? Les dilemmes ? Les paradoxes ? Les contradictions ? Comment évaluez-vous les résultats de vos actions préventives ou correctives ?
- Généralisez : rencontrez-vous souvent ce type de problème ? Quelles significations en donnez-vous ? Qu'avez-vous dû améliorer dans vos pratiques pour faire face aux problèmes ? Quand avez-vous pu déproblématiser ?
- Que faites-vous lorsqu'une personne n'est pas apte à exprimer consciemment une difficulté, un besoin ?
Si vous rédigez un mémoire de fin d'études : en quoi les problématiques explicitées prolongent-elles votre étude ?

     

Processus, audit des processus : Modèle susceptible de rendre compte de l'enchaînement successif de tâches et d'activités corrélées ou interactives. Il intègre les aléas rencontrés. C'est un ensemble d'opérations successives répondant à un schéma préétabli et organisé en vue d'un résultat déterminé. Exemples : un processus de conception / d'innovation, d'agrément à une norme, de développement, de pilotage, de formation, de réalisation, de production / fabrication industrielle, de validation, de mise en service, d'utilisation, de support,...
Le candidat à la validation des acquis pourra annexer à son dossier de validation des schémas représentant les processus (macroprocessus, mésoprocessus, microprocessus). Il distinguera le processus de conception, du processus de réalisation.
- Téléchargez cet outil permettant de décrire vos processus de travail.
Un processus est vivant. Il permet à des personnes travaillant différemment d’atteindre des objectifs communs.
Dès qu'il est pertinent de le faire, le candidat concevra des schémas (ou cartes heuristiques) de macro ou des micro processus. Il situera clairement ses responsabilités.
Les Principes désignent les relations de cause à effet dans un processus (pourquoi et dans quelles conditions).

La rédaction du dossier VAE peut se confondre avec un rapport d'audit des processus. Le candidat à la VAE (notamment au niveau universitaire) pourra structurer ses écrits en fonction, pour révéler l'étendu et le niveau de ses acquis.
- Identification et analyses des processus existant de leurs objectifs, des moyens mobilisés, des interactions, des parties prenantes
- Identification, évaluation, remèdes aux risques associés
- Conception, renseignement, exploitation des outils de contrôle et d'évaluation associés
- Rédaction du référentiel d'audit, méthodologies, moyens associés
- Structuration, planification du travail
- Source, organisation, analyse, validation des flux d'information
- Recherche, conception, test des préconisations
- Mise en œuvre des recommandations
- Rédaction du rapport d'audit, validation
- Monitoring des solutions
- Liens avec chaque attente du diplôme. Recul critique.

Une procédure n'est pas un processus (mais elle peut s'inscrire dans un processus). C'est un ensemble des règles (comme le respect d'un ordre précis), de démarches, de formalités devant être rigoureusement observées. Comme un processus, la procédure est modèle préétabli, uniformisé, pour réaliser une action précise : une procédure VAE, de licenciement, de conciliation, de sauvegarde, de redressement judiciaire, de liquidation. Cependant, les aléas ne sont pas intégrés. Annexez les fiches de procédure que vous rédigez, commentez-les.
La procédure est codifiée. Elle a déjà été validée. Elle est similaire à une méthode. Elle permet à des personnes différentes de travailler de la même manière. Elle devient un savoir communicable.
Un protocole est un ensemble cohérent d'objectifs, de ressources, d'outils, de vocabulaire et de méthodes permettant la conception de tests, la réalisation d'évaluations, etc.

Questions :
- Quels acquis d'expérience résultent de vos études des processus ?
- Quel processus (macro ou micro) devez-vous comprendre, décrire, maintenir à jour, améliorer ? Cartographiez-vous les processus ? Créez-vous une nomenclature ? Quels sont les composants des processus ? Vous pouvez annexer le schéma WBS des processus. Commentez.
- Quels sont les données ou éléments d'entrée du processus (ou de la procédure) ? Les données ou éléments de sortie ? Quelles sont les ressources ? Quels sont les indicateurs de performance ? Quelle est la finalité du processus ? Sont-ils réversibles ? Comment savez-vous que les processus décrits permettent d'atteindre les objectifs ?
- Quels outils de suivi, de contrôle et d'évaluation mettez-vous en place à chaque étape du processus ? De la procédure ?
- Participez-vous à des projets d'automatisation de processus ? Les modélisez-vous (PDCA) ? Explicitez.
- Décrivez-vous les interactions entre les processus ? Définissez-vous les modalités d'interaction entre les processus ?
- Comment mettez-vous en cohérence les processus ?
- Quelles sont ces valeurs ajoutées ? Quelles sont les relations entre chaque processus ? Voir Norme. Qu'est-ce que le processus favorise ? Nécessite ?
- Comment les procédures s'organisent-elles ? Qui est concerné ? Que garantissent-elles (quel résultat) ? Que nécessitent-elles ? Comment les formalisez-vous ? Quand s'appliquent-elles (dans quelle situation à risque) ? Quelle est la durée ? Quand prennent-elles fin ? Vous arrive-t-il de changer les procédures ? Expliquez.
- Bornez-vous les processus ? Définissez-vous leur début et leur fin ?
- Quels sont les cycles de validation des processus ?
- Avez-vous déjà mesuré les perfomances des processus ? Comment ? Quelles variables critiques étudiez-vous pour optimiser les processus (plan d'expérience) ?
- Avez-vous déjà analysé des processus ? Simplifié, standardisé certains processus ? Complexifié des processus ? Documenté les processus ? Expliquez.
- Quels référentiels des processus consultez-vous ? Participez-vous à leur rédaction ? Documentez-vous les processus ?
- Définissez-vous le business model d'un macro processus ? Explicitez.
- Concevez-vous des schémas de procédure ? Lesquelles ? Comment vous conformez-vous aux procédures ? Quelles règles suivez-vous ? Utilisez-vous un guide des procédures ? Lequel ? Renseignez-vous, actualisez-vous un manuel des procédures ? La rédaction des procédures permet de maitriser quelles pratiques, méthodes, normes ? Rédigez-vous un référentiel descriptif (si oui, annexez à votre dossier) ?
- Quel outil de maitrise statistique des processus mettez-vous en œuvre ? Annexez à votre dossier.
- Mettez-vous en œuvre le TQM (Total Quality Management) ? La TPM (Total Productive Maintenance) ? Explicitez.
- Comment mesurez-vous l'efficacité des processus ?
- Qu'est-ce qu'une irrégularité de procédure ? Analysez-vous les risques liées aux procédures ?


     

Qualité : Traits de caractère qui font les mérites personnels et professionnels de quelqu'un.
Faites ICI un point sur vos qualités. Le candidat à la validation des acquis de l'expérience prendra soin de relier ses qualités personnelles aux qualités nécessaires dans l'exercice de ses missions.
Questions :
- En quoi ses qualités sont-elles nécessaires pour remplir cette tâche, pour réaliser cette activité ?
En quoi vos qualités vous permettent-elles de vous démarquer ?
- Quels sont les liens entre vos qualités et une attitude professionnelle appropriée ?
- A ne pas confondre avec une démarche qualité : Respectez-vous des normes qualités ?

     

Qualification (individuelle) : Reconnaissance officielle, validée par un diplôme, d’aptitudes ou de niveau de formation, d’expertise ou de connaissances théoriques ou techniques.
La qualification professionnelle est constituée d'un ensemble de connaissances, savoir-faire et comportements professionnels reconnus utiles et valorisés par une profession en fonction de situations types. Elle est indiquée a priori au moment de la conclusion du contrat de travail.
On distingue :
- la qualification acquise par formation et attestée par un diplôme ou un titre,
- la qualification du poste de travail, définie, d'une façon négociée ou non, dans la branche ou l'entreprise,
- la qualification de chaque personne comprise comme capacité individuelle opératoire pour occuper un poste de travail.

     

Référentiel de compétences : (voir Compétences) Il résulte de la description et de l'analyse des activités. Il recense les compétences requises (notamment les compétences-clés) avec les conditions de réalisation, les moyens à mettre en oeuvre, les résultats attendus et les critères de mesure pour réaliser correctement une mission, une activité. Les référentiels sont des modèles d'exigences.
Le candidat à la validation des acquis de l'expérience joindra ce référentiel à son dossier de validation.
Réferentiel de contrôle, de mesure, d'évaluation :
- Quels référentiels de contrôle utilisez-vous ? Quels référentiels de mesure ? Quels référentiels d'évaluation ?

     

Référentiel diplôme : "Ce qui fait référence ". Document officiel qui fait l’inventaire des savoirs, compétences, aptitudes, exigées pour l’obtention d'un diplôme. Il fixe des limites en déterminant le niveau des connaissances et compétences requises. C'est un descriptif des composantes et unités d'enseignement du diplôme. Il peut préciser les secteurs d'activités professionnelles accessibles par le détenteur du diplôme.
Il définit les attentes du jury de validation donc les objectifs de votre démonstration.
Le candidat à la VAE doit impérativement étudier le référentiel du diplôme qu'il souhaite valider avant d'entamer son parcours de validation. A défaut, il est vite hors sujet, car la VAE consiste à relier de façon pertinente et explicite les acquis d'expérience avec chaque unité d'enseignement du diplôme visé (le référentiel).
Plus les acquis issus de ses expériences sont en lien avec les compétences et connaissances attendues par le diplôme, plus vous avez de chances de réussir (dans la mesure où vous savez exprimer ce lien).

Il n'est pas toujours simple de se procurer ce document. Dans la mesure de ses moyens, VAE Guide Pratique peut vous faire parvenir certains référentiels.
Faites votre demande à : contact@vaeguidepratique.fr

A partir du niveau bac + 3, les référentiels des diplômes sont souvent peu explicites. On parle de fiche de formation.
Les candidats à la VAE doivent donc rechercher les informations manquantes auprès des responsables pédagogiques. Cette étude préalable des attentes du jury fait partie de la démarche VAE.
Dans la mesure de ses moyens, VAE Guide Pratique vous aide dans vos recherches.
Faites des demandes très précises à : contact@vaeguidepratique.fr

     

Référentiel d'emploi : description organisée des activités, tâches,… Le référentiel des compétences (WBS) est déduit de ce référentiel.
Attention, le candidat à la validation des acquis vise un référentiel diplôme, pas un référentiel d'emploi. Les champs de compétences et de connaissances ne sont pas les mêmes.

     

Référentiel d’évaluation : (voir Evaluation et tableau de bord) Document précisant par quels moyens sont vérifiés les objectifs (quantitatifs, qualitatifs,...) et de s’assurer que les critères de réalisation sont intégrés et respectés.
Vous pouvez annexer à votre dossier et commentez pour donner du sens.

     

Répertoire National des Certifications Professionnelles (RNCP) : Répertoire créé par la Loi du 17 janvier 2002 (à télécharger). Les diplômes de niveaux 1 à 5 et les titres à finalité professionnelle y sont classés par domaine d'activité et par niveau.
Attention :
- nombre de diplômes universitaires accessibles par VAE ne sont pas encore recensés. Lisez : quel diplôme choisir ?
- au niveau universitaire, seules les fiches de formation publiées sur les sites internet des universités sont à étudier pour sélectionner le diplôme à valider et rédiger le dossier de validation. Nous constatons parfois des écarts entre le RNCP et les fiches de formation.

     

Requis, prérequis : ensemble des savoirs (connaissances, savoir-faire et savoirs comportementaux) attendus d’un candidat souhaitant valider un diplôme par formation. Ils ne concernent pas les candidats à la VAE.
En effet, la VAE efface les prérequis. En théorie et à la stricte condition que vos acquis d'expérience en témoignent, vous pouvez viser un doctorat en n'ayant validé qu'un CAP.
- Définissez-vous des prérequis ? Comment ? Pourquoi ?

     

Résultat, solution : Action de résoudre ; vos capacités à trouver. Ensemble des opérations mentales, intellectuelles susceptibles de fournir des réponses théoriques, procédurales et pratiques visant à la résolution, l'analyse, la compréhension d'un problème, d'un phénomène complexe.
Le candidat à la validation des acquis issus de ses expériences prendra soin de montrer au jury ses capacités à trouver des solutions adaptées pour résoudre des situations exceptionnelles. Les résultats obtenus seront exprimés et discutés. Comment interprétez-vous vos résultats ?

Une chaîne des résultats désigne un ensemble de résultats reliés les uns aux autres dans une relation de cause à effet et dans un labs de temps défini. Le candidat à la VAE peut distinguer les résultats immédiats, intermédiaires et finaux.

Questions :
- Quels acquis d'expérience résultent de vos capacités à remédier ?
- De quoi, de qui devez-vous tenir compte pour résoudre ? Quelles recherches, études devez-vous faire pour résoudre ? Quelle méthodologie adoptez-vous ? Comment construisez-vous la solution ? Comment expérimentez-vous les solutions ? Qu'est-ce que les solutions doivent garantir ? Comment savez-vous que la solution adoptée est satisfaisante ? Comment savez-vous que le remède n'est pas pire que le mal ? Comment repérez-vous ce qui résiste à la solution adoptée ? Qu'est-ce que les solutions entérinent, légitiment, interdisent, autorisent, prévoient ? Comment communiquez-vous les solutions adoptées ?
- Quelle cohérence existe entre le diagnostic et le résultat/solution ? Entre les objectifs et les résultats ?
- Vous définissez des critères de réussite : tâche sera réussie au moment où…, à la condition que...
- Comment prouvez-vous la viabilité technique et économique de la solution adoptée ?
- Comment recueillez-vous les résultats ? Quels sont vos outils ?
- Comment analysez-vous les résultats obtenus ? En respectant une méthode analytique ? Laquelle ? Quand avez-vous besoin de confirmer vos résultats ?
- Comment traitez-vous les écarts par rapport aux résultats attendus ?
Un processus de validation est-il nécessaire ? Lequel ?
- Prévenez-vous un possible échec partiel ou total ? Comment vous assurez-vous ?
- Les résultats à atteindre sont fondés sur quelles études préalables ?
- A quoi comparez-vous vos résultats ? Vous comparez les résultats entre eux ? Et alors ?
- Mutualisez-vous des résultats de recherche, d'étude ? Explicitez.

     

Savoir-faire : Mise en œuvre maîtrisée d'un savoir ou d'une habileté pratique dans une réalisation spécifique. AFNOR Association française de normalisation.
Désigne le caractère structuré et opérationnel des connaissances et des capacités d’une personne. Le savoir-faire est lié à la pratique professionnelle, aux connaissances correspondantes et à l'ensemble des informations détenues en propre par l’individu relativement à son action sur le milieu environnant, technique et social.
- Quels sont les liens entre vos savoir-faire et vos connaissances théoriques ? Entre vos savoir-faire et une attitude professionnelle appropriée ?
- Quels sont les impacts de vos savoir-faire sur les valeurs ajoutées de l'entreprise ?

     

Savoir comportemental : désigne la capacité à manifester des comportements (répertoire de comportements) et des attitudes adaptés à des situations multiples et changeantes. Manière d'être. Approfondissez ICI.

Les attitudes et les comportements professionnels font partie d'un système de représentation, de qualités et d'agir qui caractérise une personne ayant une appartenance à une profession reconnue(Blin). Ces représentations sont sous-tendues par des valeurs, des finalités et des schèmes d'action qui sont propres à cette profession. Ils servent d'assises pour la formation et l'évaluation.

Questions :
- Etudiez-vous les comportements ? De qui ? Comment ? Devez-vous influer sur les comportements ? Comment ? Expliquez.
Que devez-vous comprendre du comportement des parties prenantes ? Vous savez les traduire, les prédire. Comment repérez-vous les changements de comportements ?
Corrigez-vous, inculquez-vous des comportements ?

     

Sens - Donner du sens, de la cohérence : Le candidat à la validation des acquis issus de ses expériences prendra soin de manifester au jury ses capacités à construire et donner du sens (étude de la chaîne causale, de la cohérence) aux situations de travail qu'il décrit.

Il montrera ses capacités à rendre compte et à comprendre l'utilité sociale du travail (sens objectif) et sa capacité à valoriser ses activités (le sens au travail, sens subjectif). Etre dans la compréhension aide à se faire comprendre.
Au niveau de la personne six caractéristiques donnent un sens au travail : outre l’utilité sociale, il y a l’autonomie, les opportunités de progresser (apprentissages), l'éthique, la qualité des relations internes et externes et la reconnaissance. Cet ensemble favorise l'implication donc le développement des acquis issus de l'expérience.

Le sens est souvent caché. Par son travail, l'accompagnateur aide à l'expliciter pour relier les savoirs, savoir-faire et savoirs comportementaux. Plus le niveau du diplôme visé est élevé, plus le candidat montrera sa maitrise du processus de construction du sens.

Questions :
- Quels acquis d'expérience résultent de vos capacités à donner du sens ?
- Comment comblez-vous les manques d'information nécessaires pour donner du sens ?
- En quoi chaque situation de travail a-t-elle une place importante dans votre emploi ? Importance pour qui ? Pourquoi ?
- En quoi votre dossier de validation est-il signifiant pour le jury ? En quoi votre préparation à l'oral de validation est-il porteur de sens ?

     

Stratégie, politique : Art de mener ses forces. Désigne ce qui détermine les objectifs et les buts fondamentaux à long terme d’une organisation puis à choisir les modes d’action et d’allocation des ressources qui permettront d’atteindre sa vision, ces buts et objectifs. (A.D.Chandler). C'est la coordination de l'ensemble des ressources et tactiques de l'organisation vers des objectifs précis.
La stratégie guide l'Organisation en fonction des conditions du marché, de son milieu et de ses évolutions constantes. L'Organisation s'ajuste de façon à anticiper et profiter des nouvelles opportunités, ou à l'extrême, réinvente son rôle dans le marché.
Exemples : rester leader sur le marché grand public, améliorer en continu le service de la clientèle, augmenter la productivité, réduire les charges de structures, investir sur un nouveau marché...
(Généralement dès le niveau bac+5) Le candidat à la validation de ses acquis présentera l'argumentaire de ses choix stratégiques. Montrez vos capacités à définir ou à comprendre et à vous adapter à la stratégie de votre structure.
Reliez stratégie et prospective (Balanced scorecard : perspectives financières, client, processus, apprentissage et croissance. Scénarios de croissance).

Questions :
- Quels sont les liens entre votre stratégie argumentative et chaque composante du diplôme visé ?
- Avez-vous une stratégie cognitive ? Laquelle ? Quels sont vos outils et méthodes ?
- Quels sont les liens entre votre stratégie et vos anticipations ? Quels sont vos outils prédictifs ?
- Quel est le modèle utilisé pour définir la stratégie (Boston Consulting Group, modèle de Porter, Chandler, Mac-Millan, Rhenman,...) ? Quelle réflexion menez-vous à ce sujet ? Explicitez en synthèse le contenu du plan stratégique (segment stratégique, évolution et révision du plan, plan financier, de développement, de désengagement, fonctionnel et opérationnel, les RH, l'organisation) ?
- Quels sont vos outils stratégiques
- Analysez-vous le contexte macro juridique, économique, social, technologique (PEST) ? Comment et pourquoi ?
- Comment qualifiez-vous votre stratégie : diversification, recentrage, par les couts, par l'externalisation, par l'innovation, par rachat d'entreprise, par l'identification des domaines de croissance en interne, par les partenariats, par l'usage d'internet, etc. ? Justifiez.
- Dans quels domaines définissez-vous votre stratégie générique : recherche et développement, innovation, achats, investissements, marketing, financement, RH, organisation, commerce, analyse de la concurrence (Porter), cohérence produits/marchés (matrice d'Ansoff), croissance (Boston Consulting Group), attrait du marché (McKinsey) ? Dans quels secteurs d'activité (métiers) ? Pour quelles fonctions (production, recherche, information, méthode, qualité, sécurité,...) ?
- Participez-vous à la définition des services ? Des prestations ? Des produits ? Des segments ?
- Quel est l'impact a priori de la stratégie sur la chaine valeur ? Et a posteriori ?
- Quelle stratégie définissez-vous dans un environnement en évolution constante ?
- Quel est le meilleur équilibre stratégique entre forces, faiblesses, menaces et opportunités ? Comment saisissez-vous les opportunités stratégiques ? Exemple. Etudiez les évolutions.
- Etudiez-vous les relations entre stratégie de diversification (ou de concentration) et performances ?
- Quels sont vos objectifs stratégiques ? Comment évaluez-vous vos options stratégiques ? Quel est l'impact sur votre positionnement ? Sur votre segmentation ?
- En quoi votre stratégie répond aux défis du temps ? Aux transformations permanentes ?
- Quelles sont les informations essentielles qui vous permettent de construire une stratégie ? Comment les obtenez-vous ? Comment les exploitez-vous ?
- Quelle est l'influence de l'étude des coûts (ABC,...) sur la stratégie ?
- Guidez-vous la structure en fonction des conditions du marché (les contextes) ? Quelles sont les variables clés ? Comment les repérez-vous et les analysez-vous ?
- Comment confrontez-vous votre stratégie à celle de la concurrence ?
- Avez-vous déjà conçu des plans pour réduire des écarts stratégiques ? Par rapport à qui et à quoi ?
- Comment vous assurez-vous que les choix stratégiques sont respectés ? Comment évaluez-vous les résultats obtenus ? Leurs conséquences ?
- Quels sont les liens entre objectifs stratégiques et tactiques ?
- Avez-vous une stratégie opérationnelle ? Méthodologique ? Argumentez-la.
- Comment la stratégie est-elle déclinée en processus opérationnels ?

     

Synthèse : extraction des éléments majeurs (et les plus significatifs) résultant de l’analyse d’un processus de résolution de problème pour constituer un argumentaire en vue de faire émerger des solutions et de préparer des décisions.
Voir esprit de synthèse.

     

Tâches : les éléments composant l’activité. Elles s’effectuent avec des ressources, dans des conditions de réalisation et avec un niveau de performance attendu.
Les tâches peuvent-être critiques (lesquelles ?), cognitives, périodiques, répétitives, subordonnées, occasionnelles, aléatoires, spécialisées, expertes, externes, récapitulatives, prioritaires, obligatoires, de Hammock,, jalons, etc. Vous pouvez les qualifier, puis justifier.
Les compétences apparaissent mieux lorsque le candidat différencie tâches et activités.

- Calculez-vous la durée de chaque tâche ?
- Calculez-vous les couts complets de chaque tâche ?
- Quelles sont vos tâches critiques ? En quoi le retard d'une tâche se répercute-t-il sur les délais d'un projet ? Comment palliez-vous ?
- Définissez-vous leur chronologie ? Leur début et leur fin ?
- Définissez-vous les relations entre chaque tâche ? Expliquez.
- Représentez-vous la planification des tâches ? (Annexez vos outils GANTT, PERT, Chemin de fer,...)

     

Tableaux de bord - Graphiques, Diagrammes, Matrices et outils de mesure divers : sont des documents synthétiques rassemblant les informations essentielles (souvent chiffrées) pour étudier, rendre compte, comparer, simuler, extrapoler, diriger, contrôler, évaluer, valider, visualiser, piloter la marche des activités et de mesurer la réalisation des objectifs. Ils permettent de renseigner, rechercher, de trier, de consolider, de pondérer, de repérer, de mettre en évidence les écarts, les exceptions, les résultats significatifs, les tendances. Ils sont souvent confidentiels et dédiés.

Le candidat à la validation des acquis issus de ses expériences prendra soin d'annexer à son dossier de validation des exemples de tableaux de bord et outils statistiques (généralement un par unité d'enseignement pour les diplômes universitaires) qu'il a conçu et qu'il exploite
A chaque verbe exprimant des compétences, il pourra associer des outils, exemple :
- rechercher : vos outils et moyens de recherche et d'étude ;
- contrôler : vos outils et moyens de contrôle ;
-
décider, prescrire : vos tableaux de bord de décision, matrice de Pugh ;
- mesurer : vos outils de mesure (de quoi ?) ;
- évaluer : vos outils d'estimation ;
-
Informer : votre système d'information ;
-
organiser : vos outils et moyens de planification, de prévision, de mesure d'avancement ;
-
sécuriser : vos outils d'identification et de mesure des risques ;
- rendre lisible les processus ;
- diagnostiquer : vos outils et méthodes ;
etc.
.
Il les commentera en montrant la cohérence et la pertinence des indicateurs retenus (exemples : indicateurs de décision, RH, financiers, stocks, BFR, logistiques, commerciaux, achats, production, projets, organisationnels, maintenance, qualité, etc.)

L'outil essentiel de l'accompagnateur est le questionnement. Seules des questions détaillées permettent au candidat de décrire puis de réfléchir toutes les composantes passées et présentes de ses acquis d'expérience, puis de les relier à chaque unité d'enseignement du diplôme visé.


Questions :
- Quelles compétences transversales sont révélées par vos outils de pilotage ?
- Comment outillez-vous vos analyses, recherches, contrôle et évaluation ? Quels sont vos outils et méthodes de chiffrage ? Quels sont vos outils probatoires ? Quels sont vos outils d'enquête ?
- Quels sont les objectifs, les attendus de vos outils ? Quelles sont leurs fonctions ? Quels sont les champs étudiés ?
- Comment avez-vous créé, mis en place vos outils ?
- Quelle méthodologie utilisez-vous pour concevoir et réaliser vos outils ? Quels sont les indicateurs (endogènes et exogènes) regroupés dans vos tableaux de bord ? Comment les sélectionnez-vous ? Comment les renseignez-vous ? Comment fiabilisez-vous les remontées d'information (traçabilité) ? Avez-vous automatisé les renseignements de vos indicateurs ? Comment ?
- Quelle matrice concevez-vous (annexez au besoin une matrice de décision) ? Que permet-elle de modéliser ? De corréler, d'évaluer ou calculer ? Annexez à votre dossier et commentez. Motivez-vous le choix de vos outils ?
- Concevez-vous un outil qui permet de visualiser les relations de cause à effet (endogènes et exogènes) ? D'évaluer et maitriser les interactions ?
- Concevez-vous, utilisez-vous un tableau de bord fonctionnel ? Pour visualiser quoi ? Pour constater quoi ? Pour analyser quelles chaines de valeur ? Pour identifier quelles actions correctrives ? Pour organiser quoi ? (Identification des corrélations entre différents facteurs, analyse multidimensionnelle, repérage des cas marginaux, etc.)
- Concevez-vous, utilisez-vous un tableau de bord de suivi de projet, de suivi de processus ? Pour mesurer quoi ? Quelle performance ? Pour piloter quoi ? Pour décider de quoi ? Calculer quoi ?
- Concevez-vous, utilisez-vous un tableau de bord stratégique ? Pour étudier quoi (en interne et à l'externe) ? Pour décider de quoi ? Pour explorer quoi ? Anticiper quoi ?
- Concevez-vous, utilisez-vous un tableau de bord prospectif ? Pour étudier quelles perspectives ?
- Concevez-vous des outils qui aident à comparaison dans le temps, entre entreprises, entre secteurs d'activités, entre région,... ? Décrivez et justifiez. Quels sont vos outils de modélisation ? Décrivez-les.
- Quels sont vos méthodes et vos outils de contrôle ? D'évaluation ? De tests ? Définissez-vous les règles de représentation et de fonctionnement des tableaux de bord selon les usages ?
- Vos outils aident à la juste représentation de quoi ? De la clientèle ? Des ressources humaines ? De la production ? Des finances ? Des fournisseurs ? Des coûts ? Des dépenses ? Décrivez-les. Comment améliorez-vous l'ergonomie de vos tableaux ?
- Vos outils permettent d'identifier quels facteurs clés de succès ? De vous alerter dans quels domaines ? Expliquez et justifiez en fonction des risques.
- Vos outils deviennent-ils de plus complet au fur et à mesure de la croissance et de l'évolution de l'entreprise ? Des projets ? En quoi ont-ils évolué ?
- Vous outils facilitent les échanges entre qui et qui ? Justifiez.
- Développez-vous des méthodes d'appropriation des outils ? Explicitez-les.
- Comment controlez-vous la fiabilité de vos outils de mesure ?
- Vos outils permettent quels diagnostics ? Donnez des exemples.
- Quelles sont les limites de vos outils ? Comment palliez-vous ?
- Si vos tableaux de bord n'existaient pas que se passerait-il ? Question permettant de faire apparaitre les valeurs.

Consultez : Tableau de bord de gestion


     

Tactique : (voir méthode) Art de disposer de ses forces (niveaux opérationnel et fonctionnel). Désigne toutes les actions à mettre en œuvre pour atteindre les objectifs opérationnels induits par la stratégie.
Ces actions sont souvent déterminées par cette opération mentale : si..., alors..., sinon...
Contrairement à la stratégie qui définit des enjeux globaux, les tactiques d'entreprise sont des approches locales particulières avec des enjeux limités et à court terme.
Le candidat à la validation de ses acquis présentera l'argumentaire de ses choix tactiques.

- De quelles informations essentielles avez-vous besoin pour concevoir, mener votre plan tactique ?
- Quelles tactiques sectorielles adoptent votre entreprise ? Participez-vous à leur conception ? En quoi sont-elles pertinentes et cohérentes ? Ont-elles déjà été recadrées ? Quel est l'impact sur vos pratiques professionnelles ?
- Quelles sont les relations entre les tactiques locales et la stratégie d'ensemble ? Mettez-vous en œuvre la méthode O.V.A.R. (Objectifs, Variables, Actions, Responsabilités) ? Quels sont vos tableaux de bord ?

     

Test - Expérimentation : Épreuve élaborée en vue de contrôler et d'évaluer.
Mise à l'épreuve permettant de confronter un fait avec une hypothèse, de repérer des erreurs, et servant de démonstration.
Les tests intègrent de larges éventails de procédures servant à observer, mesurer, interpréter, quantifier, caractériser, relever la normalité ou l’anormalité, prouver. Ils reposent sur des fondements scientifiques, un cadre conceptuel. Ils respectent des règles de codification, des normes, parfois une déontologie.
Les conditions de test sont soigneusement définies. Les données recueillies sont enregistrées.

Questions :
- Quels acquis d'expérience résultent de vos expérimentations ?
- Désignez-vous les auteurs des examens ?
- Effectuez-vous des tests de cohérence entre politique, objectifs et plans ? Comment ?
- Définissez-vous les objectifs, les éléments, les modalités des tests et expérimentations ? Que doivent évaluer, mesurer, vérifier, déceler, qualifier, démontrer les tests et essais ? Ils permettent de faire quels diagnostics ? Quels sont les limites des tests ?
- Quelles sont les hypothèses préalables aux tests (formulez : Si... Alors,...). Quelles variables sont testées ?
- Utilisez-vous des méthodes de test ou expérimentation normalisées ? Lesquelles ?
- Définissez-vous la nature des tests ? Les principes et conditions de base pour réalisez des tests ?
- Quels sont vos tests statistiques ? Quelles significations ont-ils ?
- Identifiez-vous les champs, les domaines, les points à tester ? Les phases de validation ? Comment ? Expliquez.
- Evaluez-vous l’utilité et l'intégrité des tests dans une situation donnée ? Quand vos résultats doivent être absolument vrais ? Comment le déterminez-vous ?
- Elaborez-vous des protocoles des tests ? Quelles sont les étapes ? Explicitez-les. Planifiez-vous chaque phase ?
- Sélectionnez-vous les instruments, les techniques à employer ? Lesquels ? Contrôlez-vous leur fiabilité ? Assurez-vous leur maintenance ?
- Définissez-vous de la forme des données à recueillir ? Des modes de calcul ?
- Auprès de quelles parties prenantes testez-vous vos projets ?
- Définissez-vous des grilles d'interprétation des scores, des résultats ? Explicitez.
- Comment tenez-vous compte de la complexité croissante des interactions entre les systèmes ?
- Comparez-vous plusieurs séries de tests et d'essais ?
- Avez-vous déjà participé à un plan de test de continuité des activités d'une entreprise ?
- Evaluez-vous le degré d'incertitude des résultats des tests ? Comment calculez-vous ?
- En fonction des résultats, concevez-vous un arbre de décision ? Commentez-le.
- Comment communiquez-vous les résultats ? A qui ? Quels documents de test produisez-vous ?
- Associez-vous aux résultats des suggestions d'amélioration ? Donnez des exemples.

     

Traitement d'une situation-problème (inhabituelle) : schéma directeur d'une situation problème à étudier et à recadrer selon vos fonctions (niveau opérationnel ou stratégique).

Après avoir décrit son entreprise et son unité de travail, le candidat visant une licence, un master, un titre d'ingénieur... peut structurer son travail d'explicitation en s'appuyant sur les étapes de la gestion d'un projet ou la gestion d'un problème (récurrent ou non récurrent).
C'est une des méthodes possibles pour représenter au jury vos compétences réflexives et de vérifier le degré d'intégration des connaissances nécessaires. Il s'agit de montrer l'ensemble de circonstances induisant votre questionnement, vos actions et qui vous obligent à concevoir et à mettre en œuvre une solution à une situation-problème.

Questions :
- Quelle était la situation existante ? Décrivez et analysez succinctement. Quelle était l'anamnèse du cas ? Quels étaient les signes avant-coureurs ? Quel fut l'évènement déclencheur ? Que mesuraient les indicateurs d'alerte ?
- En quoi la situation de départ est-elle insatisfaisante ?
- Utilisez-vous un cadre théorique précis pour analyser et résoudre les problèmes (Méthode d'Analyse et de Résolution de Problèmes MARP) ? Lequel ? Comment l'avez-vous adapté à votre environnement ?
- Quelles sont les critères qui caractérisent une situation problématique ? Comment a été détecté le problème à traiter ?
- Quels documents de travail produisez-vous ou consultez-vous lors des gestions de crises ou de problèmes ? Annexez des exemples à votre dossier de validation.

1 - Eveil de l'attention - Perception de l'ampleur du problème et des enjeux - Observation et écoute - Contrôler les signaux d'alerte - Constat sensoriel - Récolter les premiers faits et les observations, les Consigner - Recueillir les informations complémentaires déjà existantes - Prendre des mesures d'urgence, des mesures provisoires
2 - Alerter - Réorganiser les activités habituelles (plan de continuité) - Création d'un groupe de travail - Prise en compte des circonstances, de l'environnement, des situations antérieures - Repérer les facteurs en cause - Délimiter les zones sensibles - Prise de mesures de sécurité, Consignation - Assurer des contrôles renforcés - Décrire soigneusement le problème (ou combinaison de problèmes) - Classer les problèmes - Observer les symptômes et les effets - Evaluer de la gravité (aggravation exponentielle) - Quantifier - Anticiper les conséquences immédiates, y répondre - Analyser les effets des mesures d'urgence
3 - Approfondir pour diagnostiquer : Quelles sont les hypothèses de départ ?
Repérer les intervenants internes et externes à la structure (les sujets et les compétences) - Définir des moyens de communication - Questionner, Collecter les avis - Appeler des experts - Définir une méthode d'investigation - Vérifier les faits - Définir les études à mener - Sélectionner les outils - Explorer - Enquêter - Questionner - Tester - Trier - Reconstituer - Délimiter le problème (son commencement, sa fin) - Analyser les écarts - Prévenir les aggravations (Actions correctives provisoires)
4 - Définir les méthodes d'interprétation - Recherche des possibles - Rétro-ingénierie - Isoler et Catégoriser tous les points problématiques (l'objet) - Isoler le (les) facteur(s) déclenchant(s) - Poser les problèmes, les Contextualiser - Chercher toutes les causes - Emettre les premières hypothèses - Les Etudier - Extrapoler
5 - Repérer les données complémentaires manquantes - Repérer et Clarifier les pistes de recherche complémentaires - Définir des moyens et les compétences à mettre en œuvre pour y parvenir
6 - Focaliser son attention - Trier, Catégoriser l'ensemble des informations descriptives - Etudier, Analyser l'ensemble des éléments et les résultats recueillis - Identifier les causes possibles, les Interactions - Prise en compte des données particulières - Isoler la (les) causes principales - Confirmer la (les) causes - Définir les objets sur lesquels porteront le travail - Formaliser
7 - Diagnostiquer aux niveaux stratégique et tactique. Quelle est la question centrale ?
8 - Approfondir pour choisir le remède - Protocole de décision : Quelles sont les propositions admises provisoirement ?
Repérer les intervenants, les compétences, les outils, les sources documentaires - Rechercher des solutions (analyse multicritères) - Les Etudier une à une (Voir Etude de Projet) - Expérimenter (définition de la zone d'expérimentation) - Evaluer l'efficacité et l'efficience - Repérer les divergences entre les effets des solutions et les réalités observées - Fixer les spécifications fonctionnelles et non fonctionnelles
9 - Identifier et Définir des Objectifs en fonction du diagnostic et des résultats des études - Les hiérarchiser - Mise en cohérence des solutions avec la loi, les normes et la politique de la Structure - Définir des Critères de choix, des Seuils, les Etalons et Outils de mesure
10 - Anticiper les contraintes - Prévoir les risques - Identifier les facteurs de réussite et d'échec, les avantages et inconvénients
11 - Confronter chaque solution aux objectifs, aux critères de choix, aux problématiques et aux contraintes
12 - Anticiper les répercussions des actions, ou inactions (S'assurer que le remède n'est pas pire que le mal). Test de non-régression, d'intégration, de performance. Démonstration de la solution en environnement représentatif du problème.
13 - Décider de la solution corrective ou évolutive finale - Traduire la solution en modalités pratiques - Lister et Hiérarchiser les actions à entreprendre - Définir les interventions prioritaires - Définir les méthodes (stratégie d'action) à employer dans le respect des règles déontologiques et légales - Définir les méthodes de validation à chaque étape - Garantir la traçabilité des progrès (des exigences) - Rédiger le dossier d'ouvrage à réaliser - Faire approuver
14 - Trouver le Financement - Négocier
15 - Choisir les personnes et Définir les responsabilités, les modalités pratiques, les moyens, les savoir-faire, les connaissances à utiliser - Définir les mesures de sécurité - Définir les Echéances et Délais ; Quand, Où et Comment la mettre en œuvre - Définir les points de contrôle, les évaluations et les indicateurs de suivi - Informer - Approuver - Décider
16 - Budgétiser poste par poste - Suivi de la gestion du budget
17 - Organiser la mise en œuvre de la solution (Actions correctives définitives) - Créer les outils de suivi et de pilotage (indicateurs) - Planifier - Organiser et Structurer - Identifier et Définir chaque étape du plan - Les Articuler les unes entre elles - Mettre en relation les intervenants - Etablir des règles de travail
18 - Diriger, Encadrer, Gérer, Coordonner, Contrôler l'avancée du processus - Assurer la gestion administrative (autorisation, document...)
19 - S'Informer des premiers effets - Mettre à jour les priorités, les moyens - Réévaluer si nécessaire - Corriger, Ajuster en fonction de l'évolution du problème - Sécuriser - Repérer quand les objectifs sont atteints - stabiliser la régulation
20 - Evaluer les résultats - Etudier avec recul la solution - Identifier les effets pervers - Identifier et Calculer les probabilités de réapparition du problème - Etudier si le problème est susceptible de se déplacer
21 - Livraison - Conception d'un plan de reprise de l'activité après accident - Mise à jour des procédures
22 - Implémentation - Mise en route opérationnelle de la solution et surveillance (monitoring) du projet.
23 - Assurer le suivi - Proposer des évolutions - la Surveillance - la Maintenance
24 - Fermeture du problème.
25 - Etudier les Retours d'expérience, les Retours sur investissement. Exploiter les résultats.
26 - Formaliser la solution - Modélisation dynamique, Traiter le modèle - Généraliser - Standardiser - Définir et mettre en place de mesures préventives afin d'éviter les récidives- Rédiger le dossier d'ouvrage exécuté - Documenter la solution - Dépôt à l'INPI, enregistrement d'un Copyright - Reconnaitre les efforts réalisés et valoriser l'équipe - Communiquer - Promouvoir
27 - Former à cette solution - Transmettre ce savoir-faire - Pérenniser
28 - Capitaliser le retour d'expérience - Mettre en place une politique d'amélioration continue (Démarche qualité)

Questions :
- Comment avez-vous abordé le problème ? Quelles sont vos sources de documentation ? Par quoi avez-vous commencé ? Quelles étaient les priorités ? Quels acteurs étaient concernés ? Justifiez.
- Quelles étaient les données pertinentes ? Les faits ont-ils été détectés et analysés de manière appropriée ? Comment avez-vous décomposé le problème ? Le problème a-t-il été bien isolé ? Comment saviez-vous que les causes étaient les vraies causes ? Comment avez-vous mesuré l'ampleur du problème ? Comment avez-vous distingué le problème majeur des problèmes associés ? Les objectifs du plan d'action ont-ils été bien définis ? Concevez-vous une méthodologie de prise en charge des problèmes ?
- Pourquoi fallait-il résoudre le problème ?
- Activez-vous une démarche d'escalade fonctionnelle et managériale en fonction de la complexité ou de l'impact des incidents ? Explicitez.
- Comment saviez-vous que les mesures correctives étaient cohérentes, opérationnelles, efficiente ? Avez-vous étudié la solution sous différents points de vue ? Lesquels ? Avez-vous évalué les avantages, les inconvénients et les risques de chacune des hypothèses de diagnostic et de remède ? Comment ?
- Comment distinguez-vous les symptômes des conséquences d'un problème ?
- Comment saviez-vous que le problème était résolu ? Chaque sous-problème avait-il une solution acceptable ? Combien de problèmes secondaires furent-ils résolus ? Lesquels ?
- Les relations entre le plan de correction et les résultats furent-elles clairement élucidées ? Les résultats attendus furent-ils obtenus ? Dans le cas contraire, quels furent les imprévus ? expliquez.
- Quels furent les facteurs clés de la réussite (réussite partielle) de la solution déployée ? Expliquez. Qu'avez-vous appris ?
- Quels furent les écarts entre le diagnostic provisoire et le diagnostic final ?
- Le plan de correction fut-il appliqué de façon optimum ? Que pouvait-on améliorer en terme de coût, délai, qualité, sécurité ? Quelles leçons tirez-vous de cette expérience ? Quel plan fut adopté pour éviter les récidives ? Concevez-vous des référentiels de bonnes pratiques ? Comment en informez-vous les équipes ?
- Qu'est-ce que le problème a révélé ?
- Etudiez-vous statistiquement les dysfonctionnements ? Annexez une étude valorisante.
- Avez-vous traité des problèmes qui nécessitaient des actions en profondeur ? Explicitez.
- Vous arrive-t-il d'étudier et de résoudre des problémes dont les causes sont profondément dissimulées et éloignées dans le temps ? Racontez.
- Quel plan de prévention mettez-vous en place ?
- Quelles sont les perspectives nouvelles?



     

Valeur, cartographie des valeurs : Le candidat à la validation des acquis de l'expérience prendra soin de montrer au jury ses capacités à donner de la valeur, de l'importance, du sens, de la cohérence, selon les contextes variables, les objectifs, les problématiques et différents points de vue, puis à relativiser.
"L'action ne vaut que par la conscience qui l'anime"

Les faits expriment le réel des études de cas explicités dans votre livret 2, tandis que les valeurs (abstraites et concrètes) concernent votre attitude envers ce réel. Plus le diplôme visé par le candidat est élevé, plus l'analyse de la valeur est stratégique. Pour les diplômes intermédiaires, l'analyse de la valeur est plus opérationnelle et tactique.

Distinguez différentes sortes de valeurs :
- Les valeurs éthiques, sociales - valeurs absolues, relatives - valeurs humaines, individuelles, universelles - valeurs de l'entreprise, son crédo - valeurs du service public - valeur d'un travail, d'un bien, d'un service - valeurs d'une offre - valeurs d'un milieu, d'une époque - valeurs hiérarchiques - valeurs d'un changement, des circonstances - valeurs d'un raisonnement, d'un témoignage, d'un argument - valeurs esthétiques.
Comment mesurez-vous les valeurs ? Quels sont vos outils ? Annexez vos tableaux de bord.
- Voir l'association francaise pour l'analyse de la valeur : AFAV

L'axiologie étudie les valeurs et croyances des personnes.

Analyse de la valeur et des intérêts : " méthode de compétitivité, organisée et créative, visant la satisfaction du besoin de l'utilisateur par une démarche spécifique de conception à la fois fonctionnelle, économique et pluridisciplinaire " Norme NF X 50-150 et méthodologie NF X 50-152.
- Votre étude de la valeur permet d'optimier quels produits, procédés, processus ?

Le candidat montrera ses capacités à exprimer les valeurs significatives, à les mesurer, puis analyser aux niveaux macro, méso ou micro selon le niveau des attendus du diplôme :
- quelle méthode employez-vous ? Quelles sont les étapes de l'analyse ? Analysez-vous les valeurs des fonctions ? Des besoins ? Des coûts ? Des objectifs ? Des solutions à adopter ?
- Quels techniques et outils employez-vous pour évaluer la relation entre les coûts et la production des produits et services ?
- Quels techniques et outils employez-vous pour mesurer les chaînes de valeur, diagnostiquer vos avantages concurrentiels, identifier les moyens d'en acquérir ou de les conserver ?


Mettez en perspective. Faites apparaitre le construction et l'évolution des valeurs dans votre métier et discutez-les.
- la culture d'entreprise : c'est-à-dire l'ensemble des comportements, des pratiques professionnelles, des représentations qui sont partagés par le personnel. Les valeurs du service public par exemple.
- La valeur d'usage, de fonction, d'image : les qualités nécessaires d'un bien, d'un service, d'un produit pour satisfaire un besoin social donné.
Participez-vous à des études fonctionnelles ? Quels sont vos outils d'analyse fonctionnelle (recherche des besoins des risques, ergonomie, méthode de fabrication,...)
La valeur économique totale est la somme de toutes les valeurs d'usage et de non-usage d'un service ou d'un produit. Valeur d'utilisation des actifs (valeur de rendement, de rentabilité).
- La valeur d'échange : le rapport quantitatif et qualitatif établi entre des marchandises ayant une valeur d'usage différente.
- La valeur ajoutée : différence entre la valeur finale d'un produit ou d'un service au prix du marché et la valeur initiale des matériaux et des services utilisés pour sa production. Le candidat à la validation des acquis de l'expérience prendra soin de montrer les valeurs ajoutées de ses actions.
- La valeur marchande : prix correspondant à l'estimation faite d'un produit ou d'un service.
Quels sont vos outils permettant de déterminer une valeur marchande ? Annexez et commentez-les. Quelle méthode de mesure de la valeur employez-vous ? Comment étudiez-vous la structure des couts ? Quels sont les paramètres ?

- La valeur de vérité : Le candidat à la validation des acquis issus de ses expériences doit faire en sorte de proposer au jury un maximum de preuves vérifiables et s'efforcer de l'informer en détail. La qualité de l'autoquestionnement de ses expériences par le candidat sera aussi pour le jury une vérification de son niveau réel.

Questions :
- Quels acquis d'expérience résultent de vos capacités à donner de la valeur ?
- Dans votre entreprise, vous faites référence à quelles valeurs communes ? Pour quel sens commun ? Comment définissez-vous la valeur dans votre structure ?
- Quelle est la position de l'entreprise dans la chaine de valeur externe ? Participez-vous à l'analyse de la chaine de valeur ? Participez-vous à une restructuration organisationnelle suite à la création de nouvelles valeurs ? Vous pouvez annexer un schéma de la structure de la chaine valeur (niveau bac+4/5)
- Cartographiez-vous les flux de valeur ? Si oui, annexez un schéma.
- Quels sont les domaines de l'ingénierie de la valeur (amélioration et optimisation des technologies, des processus, des achats/ventes, de la planification, des l'analyse des coûts du cycle de vie, des prévisions,…) ?
- Mesurez-vous la valeur à partir de plusieurs concepts : valeur d'assurance, valeur hypothécaire, valeur en poursuite d'activité, la juste valeur (IFRS), etc. ? Exemple
- Quand devez-vous raisonner en terme de valeur ? En terme de cout ?
- Mesurez-vous la relativité de la valeur selon le temps, la quantité, l'espace, les opportunités, etc. ? Exemple.
- Quels sont les impacts de vos savoir-faire sur les valeurs ajoutées de l'entreprise ?
- Quelles sont vos valeurs guides ? Les valeurs seuils ? Comment les mesurez-vous ? Quels sont les déterminants génériques (croissance des ventes, marge opérationnelle, taux d'imposition, capitaux immobilisés, BFR, coût du capital, planification,...) ?
- Quelle est votre participation à la création, à la proposition de valeurs ?
- Comment créez-vous une forte valeur perçue ?
- Comment hiérarchisez-vous les valeurs ? Selon quels principes ?
- Dans votre métier, quelles sont les valeurs caractéristiques (prises comme références) ?
- A quelles valeurs se rattachent vos arguments ?
- Comment se justifie ces valeurs ? Ou, quand, comment se reflètent-elles ?
- Etudiez-vous les perceptions de la valeur ? De quelle partie prenante ? Expliquez. Comment en rendez-vous compte ?
- Repérez-vous où il est pertinent de placer les création de valeur ? Donnez un exemple d'initiative.
- Quelles valeurs d'usage identifiez-vous chez les parties prenantes ? Comment faites-vous et pourquoi ?
- Analysez-vous, mesurez-vous les créations de valeurs (avantages - Michael Porter) ? De quelle nature ? Comment ? Pourquoi ?
- Analysez-vous en détail la valeur créée à chaque étape de d'un processus ?
- Comment vous rendez-vous compte que l'impact de vos créations de valeur diminue ? Comment corrigez-vous ?
- Quelles pratiques à forte valeur ajoutée privilégiez-vous ? Quels sont les facteurs d'évolution de la valeur ? Justifiez.
- Quels sont les facteurs de l'analyse de la valeur ? Quels sont les principes et méthodes d'estimation de la valeur ? Comment mesurez-vous les valeurs (stratégique et fonctionnelle : capital humain, financier, intellectuel, clientèle, organisationnel, processus, innovation...) ? Quel arbitrage des valeurs faites-vous ? Résolvez-vous des conflits de valeurs ? Développez.
- Comment établissez-vous la relation coût / valeur ?
- Concevez-vous des échelles de valeurs ? Expliquez leur finalité.
- Comment identifiez-vous les valeurs aberrantes ?
- Quels sont vos outils qui permettent d'évaluer la création de valeur ?
Vous évaluez les coûts à partir de quels documents ?


     

Validation : Confrontation d’une théorie, d’un modèle, d’une hypothèse, des objectifs, des méthodes, des résultats, etc. avec des données empiriques ou de documents de référence (comme un référentiel diplôme) dans le but de mettre en épreuve leur validité.

Le candidat à la validation des acquis issus de ses expériences prendra soin d'expliciter au jury ses outils, études, méthodes, les indicateurs et les critères utilisés pour valider ou invalider un travail.

Questions :
- La validation se fait par rapport à quelles preuves expérientales ?
- La validation se fait par comparaison entre quoi et quoi ?
- Quelles sont leurs limites de vos outils et méthodes de validation ? Comment palliez-vous ?
- Utilisez-vous des méthodes normées pour valider ? Lesquelles ? Si non, définissez-vous des approches, des méthodes de validation ? Explicitez-les.
- Quels sont les fondements théoriques des méthodes de validation ?
- Quelles sont les procédures de validation ? Explicitez les principales étapes et les modalités.
- Quelles informations, quels points de vue recueillez-vous avant de valider ? Après la validation ?
- Comment repérez-vous les principaux points de validation ?
- Quels sont vos critères de validation ? Qui les a définis ?
- Rédigez-vous un rapport de validation ?

     

Validation des Acquis Professionnels, VAP 85
La procédure VAP diffère de la VAE, mais elle peut être menée conjointement avec celle-ci. Elle fut mise en place par le décret n° 85-906 du 23 août 1985. Articles D. 613-38 à D. 613-50 du Code de l'Education.
Elle permet de candidater dans une formation universitaire diplômante en l’absence des diplômes prérequis pour y accéder (dispense des prérequis ou de matières).
Conditions pour en bénéficier :
- avoir au moins 26 ans au 1er janvier de l’année de formation
- avoir au moins 3 ans d’expérience professionnelle en rapport avec la formation visée
- certaines conditions liées au diplôme visé sont requises. Exemple : être titulaire du baccalauréat pour le Master 1, être titulaire d’un Bac+2 (DEUG, DUT ou diplôme équivalent) reconnu par l’Etat pour le Master professionnel 2... Attention, l'autorisation d'accès au master 2 avec un simple BTS ne valide pas la licence.
Autrement dit et pour illustrer, entrer en formation sur un master 2 par procédure VAP veut dire que vos acquis d'expérience sont en étroite cohérence avec le master 1.
Il est impératif de contacter les Universités ou le CNAM afin de ce renseigner sur la procédure mise en place.

     

Reconnaissance de l'acquis de l'expérience professionnelle, RAEP
Ce dispositif est destiné aux salariés de la fonction publique. Il est définit par la Loi n° 2007-148 du 2 février 2007 de modernisation de la fonction publique.

     

Validation des Etudes Supérieures, VES
Ce dispositif permet à toute personne de demander la validation des études supérieures qu’il a accomplies auparavant en France ou à l’étranger. Elle résulte du décret 2002-529 du 16 Avril 2002 relatif à la validation d'études supérieures accomplies en France ou à l'étranger.
Il est impératif de se renseigner auprès des Universités ou du CNAM afin de ce renseigner sur la procédure mise en place.

L'ENIC-NARIC France établit des attestations de comparabilité pour un diplôme obtenu à l'étranger. L'attestation de comparabilité pour un diplôme obtenu à l'étranger établit une comparaison avec le système éducatif français. Le principe juridique d’équivalence n’existe pas en France.

Les Rectorats du lieu d’habitation pour les personnes résidant en France sont chargés d’informer sur la reconnaissance des diplômes étrangers en France. Ils délivrent les attestations demandées par les étrangers qui résident dans l’académie.

Consultez aussi le site du CEDEFOP Centre européen pour le développement de la formation professionnelle.